Accueil Les livres commentés Détails - Des femmes disparaissent

Les derniers livres commentés

L'attrapeur d'oiseaux – Pedro Cesarino – Rivages
     traduction Hélène Mélo
Maman pour le dîner – Shalom Auslander – Belfond
     traduction Catherine Gibert
La mort d'un père – Karl Ove Knausgaard – Gallimard
     traduction Marie-Pierre Fiquet


lors de la rencontre du 6 septembre 2022

... avis des lecteurs à suivre ...
 

Les prochaines lectures

Les marins ne savent pas nager – Dominique Scali
     La Peuplade
GPS – Lucie Rico – Pol
Le lecteur de Jules Verne – Almudena Grandes
     Lgf traduction Serge Mestre

pour le club de lecture du 22 novembre 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Des femmes disparaissent
Auteur:
Garcin (Christian)
Edition:
Verdier
Réunion du:
15.03.2011

Commentaire

desfemmesdisparaissent

 

Difficile de résumer l'histoire du détective privé Zhu Wenguang, dit Zuo Luo, ou encore Zorro, qui délivre des femmes vendues par leur famille à des maris parfois violents. Sa quête le mène de la Chine au Japon en passant par New York, sur la trace de ses souvenirs et au gré d'expériences improbables …

 

Les avis sont nettement tranchés, on aime ou on n'aime pas.

 

Il y a ceux qui n'ont lu que quelques pages, ou qui ont dû reprendre la lecture par trois fois. "On n'y comprend rien, il n' y a aucune cohérence, on ne sait pas ce que fait le personnage. On n'aime pas cette manière d'écrire, d'ailleurs l'écriture est plutôt scolaire. On est piégé, on croit que le sujet ce sont ces femmes qui disparaissent, mais en réalité ce n'est pas vraiment le propos du livre. Le seul personnage intéressant est cette japonaise qui se laisse mourir selon un rituel ancestral. Il y a bien les histoires dans l'histoire qui sont de petits bijoux, mais l'ensemble est vraiment inintéressant. On a l'impression d'être dans une BD."

 

Et il y a les autres, ceux qui se sont laissés emporter sans problème et ont aimé être déconcertés par le côté parodique et l'ironie du propos. On est pris dans un délire léger devant les phénomènes étranges comme l'incarnation d'un vieux chinois dans un chien pelé à New York ou la voyance de Michele, devant l'exploitation de clichés littéraires et cinématographiques, devant les histoires dans l'histoire. C'est un jeu littéraire à lire à plusieurs degrés, un bel exemple d'histoire sans début ni fin. Et pour illustrer leur plaisir, ils ne peuvent s'empêcher de citer quelques extraits, une scène dans la cour intérieure du Bembo café :

"Devant l'évidente mauvaise volonté du type, Wenguang décida d'abandonner ses tentatives de conciliation linguistique et se mit à le gifler à toute volée, alternativement, joue droite puis joue gauche, et retour. Le rat ne perdait pas une miette du spectacle. Il n'avait pas souvent l'occasion de s'amuser autant. Il grignotait une pelure de chou, dans la position d'un vieux sage accroupi et voûté.

et les subtilités de la langue hongroise :

" …l'accusatif, le nominatif, le datif, l'inessif, l'illatif, l'élatif, le superessif, le déblatif, le délatif, l'adessif, l'allatif, l'ablatif, le transformatif, le terminatif, l'inchoatif, l'instrumental-sociatif, le futur périphrastique, l'injonctif ou l'infinitif conjugué, …"

 

Bannière
Copyright © 2022 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

     Retour sur les

Lectures à voix haute

du 27 septembre 2022

      à la librairie

  Quai des Brumes

------------------------------

Mise à jour le 27/09/2022