Accueil Les livres commentés Détails - Mon ange

Les derniers livres commentés

Un privé à Babylone – Richard Brautigan – 10/18
     traduction Marc Chénetier
Fille, femme, autre – Bernardine Evaristo – Globe
     traduction Françoise Adelstain
Mille secrets mille dangers – Alain Farah – Le Quartanier

lors de la rencontre du 28 juin 2022

 

Les prochaines lectures

L'attrapeur d'oiseaux – Pedro Cesarino – Rivages
     traduction Hélène Mélo
Maman pour le dîner – Shalom Auslander – Belfond
     traduction Catherine Gibert
La mort d'un père – Karl Ove Knausgaard – Gallimard
     traduction Marie-Pierre Fiquet

pour le club de lecture du 6 septembre 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Mon ange
Auteur:
Rosales (Guillermo)
Edition:
Actes Sud
Réunion du:
26.02.2008

Commentaire

Mon ange

Un écrivain fuit le régime cubain et arrive à Miami dans sa famille éloignée qui le reçoit quelque temps. Mais très vite elle l'emmène, elle s'en débarrasse faut-il plutôt dire, dans ce qu'on n'ose pas appeler un hôpital psychiatrique, un boarding home, asile recevant des inadaptés de toute sorte. Là tout n'est que marchandage, haine et souffrance. Un moment pointe une lueur d'espoir mais elle est bien vite éteinte.

 

C'est un roman d'une grande violence et d'une grande force, qui dépeint la descente aux enfers par excès de malheur et de misère, au point qu'on ne sait plus si l'on est victime ou bourreau, au point qu'on ne peut plus que souffrir et faire souffrir.

L'intensité de la violence, de la douleur et du malheur a obligé certains lecteurs à s'arrêter plusieurs fois, quand elle ne les a pas rendus physiquement malades.

Les autres ont trouvé le livre magnifique, très bien écrit, disant l'essentiel en peu de pages et restituant remarquablement la désespérance du lieu et de ses occupants. Quelque chose est-il encore possible pour William, trop conscient qu'il ne pourra jamais s'en sortir ? Etait-il catalogué avant d'arriver, est-il devenu fou dans cet endroit ou l'était-il avant ?

La violence des situations n'exclut pas toutefois la sensibilité, les personnages sont dépeints à la fois dans leur déchéance et dans leur humanité.

 

C'est aussi un témoignage historique. L'époque n'est pas si lointaine où l'institution psychiatrique française (et d'autres) ne traitait pas tellement mieux ses malades. La dimension politique du livre est bien évidemment à rappeler également.

 

Est relevé le parti pris de changer le titre pour la traduction française, ce qui ne restitue pas l'importance donnée au lieu par le titre original : Boarding home.

Bannière
Copyright © 2022 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

 
plume

------------------------------
Mise à jour le 23/07/2022