Accueil Les livres commentés Détails - La bouche pleine de terre

Les derniers livres commentés

Un privé à Babylone – Richard Brautigan – 10/18
     traduction Marc Chénetier
Fille, femme, autre – Bernardine Evaristo – Globe
     traduction Françoise Adelstain
Mille secrets mille dangers – Alain Farah – Le Quartanier

lors de la rencontre du 28 juin 2022

 

Les prochaines lectures

L'attrapeur d'oiseaux – Pedro Cesarino – Rivages
     traduction Hélène Mélo
Maman pour le dîner – Shalom Auslander – Belfond
     traduction Catherine Gibert
La mort d'un père – Karl Ove Knausgaard – Gallimard
     traduction Marie-Pierre Fiquet

pour le club de lecture du 6 septembre 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
La bouche pleine de terre
Auteur:
Scepanovic (Branimir)
Edition:
Editions du Rocher
Réunion du:
01.04.2008

Commentaire

bouche 

Apprenant qu'il est condamné, un homme retourne dans son pays natal à la recherche d'un sommet de son enfance avec l'intention d'y finir sa vie, voire d'anticiper l'échéance en mettant fin à ses jours. Dans son errance il fait la rencontre de deux campeurs venus chasser et pêcher. Les deux campeurs vont vers lui avec l'intention de l'aider, l'homme veut les éviter et la situation se transforme  en une poursuite infernale, une véritable chasse à l'homme à laquelle se joint progressivement toute une foule.

Le livre alterne deux voix, celle d'un narrateur qui nous raconte ce que vit l'homme (écrite en italique) et celle de l'un des deux campeurs.

 

L'alternance des voix et le mouvement de la foule qui grossit donnent au récit une grande tension. La tension s'accroît encore avec la progression des sentiments des protagonistes. Les deux campeurs passent d'un intérêt mêlé de curiosité à la haine devant cet homme qui les fuit et leur échappe. L'homme quant à lui renonce dans sa fuite à son projet de suicide pour "remplir chaque instant qui lui restait de quelque chose qui méritât d'être vécu". Il entre dans une véritable communion avec le monde et la nature, omniprésente dans les références aux montagnes, aux prés, à la forêt et à son fagus (hêtre doré).

 

Malgré la dureté du sujet ce n'est ni lourd ni oppressant. Le texte est court, mais très dense et très beau. La construction aux alternances bien équilibrées peut faire penser à un scénario. Sont abordés en peu de mots de nombreux thèmes : la vie et la mort, la perception qu'on a de l'autre (et quand on ne sait pas on pense à sa place), le comportement des foules et leur capacité d'auto-excitation, la présence de la nature.

 

Un très beau livre, à l'unanimité.

 

Bannière
Copyright © 2022 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

 
plume

------------------------------
Mise à jour le 23/07/2022