Accueil Les livres commentés Détails - La petite lumière

Les derniers livres commentés

Algèbre – Yan Pradeau – Allia
Le coq de Renato Caccioppoli – Jean-Noël Schifano – Gallimard
Deuils – Eduardo Halfon – Table ronde
     traduction David Fauquemberg
La fraîcheur de l'herbe – Alain Corbin – Fayard

lors de la réunion du 26 juin 2018
... avis des lecteurs à suivre ...
 

Les prochaines lectures

Je, d'un accident ou d'amour – Loïc Demey – Cheyne
Le lambeau – Philippe Lançon – Gallimard
En route vers Okhotsk – Eléonore Frey – Quidam
     traduction Camille Luscher
Une terrasse en Algérie – Jean-Louis Comolli – Verdier
 
pour la réunion du 4 septembre 2018


Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
La petite lumière
Auteur:
Moresco (Antonio )
Edition:
Verdier
Réunion du:
01.09.2015

Commentaire

lapetitelumiere

Un homme s'installe tout seul dans un village abandonné. Tous les soirs à la même heure une petite lumière s'allume sur la crête de l'autre côté de la montagne.

 

Les premiers mots "Je suis venu ici pour disparaître" ouvrent d'emblée le mystère, celui de la solitude volontaire de cet homme et celui de la petite lumière.

Il est difficile de parler de cette histoire à la fois simple et compliquée, étrange, universelle à bien des égards, notamment par tous les échos qu'on y peut y trouver : le chien fait penser à Cerbère, les lucioles à la petite lumière, l'école à des récits de la littérature japonaise dans lesquels Bouddha accompagne les enfants morts, …

 

La description par le narrateur de son environnement amplifie le caractère d'étrangeté. Dans le village abandonné par ses habitants reste la mémoire des hommes qui étaient là autrefois. On est au bout d'un monde, et ce monde existe pourtant. Quant au foisonnement de la nature, il devient un véritable mystère. Racines des arbres, plantes, insectes, animaux nocturnes, tout est une interrogation de la vie, jusqu'au dialogue improbable avec les hirondelles folles. L'auteur parle aussi très bien de la solitude, et des besoins simples à quoi elle ramène : manger, communiquer, être attentif à ses sensations.

 

L'histoire passe progressivement du réalisme au surréel, mais on est tellement pris qu'au final on ne sait pas à quel moment on a changé d'univers, à quel moment tout est devenu onirique. Qui est cet enfant avec ses grands yeux ? Est-ce le narrateur ? Ou son miroir ? On est loin, on ne sait jamais exactement où on est, et si on ne comprend pas forcément la fin ce n'est pas grave.

 

Ce petit livre inattendu de 120 pages a conquis tous les lecteurs par sa très belle écriture, son style, son étrangeté, son aspect métaphorique. D'aucuns se sont essayés à la relecture après plusieurs mois, cela reste aussi étonnant et toujours aussi beau.

Bannière
Copyright © 2018 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Prix des lecteurs :
Le fleuve sans rives
de Juan José Saer
------------------------------

Lire et aussi ...écrire

         plume

------------------------------
Mise à jour le 28/06/2018