Accueil Les livres commentés Détails - La consolante

Les derniers livres commentés

Un privé à Babylone – Richard Brautigan – 10/18
     traduction Marc Chénetier
Fille, femme, autre – Bernardine Evaristo – Globe
     traduction Françoise Adelstain
Mille secrets mille dangers – Alain Farah – Le Quartanier

lors de la rencontre du 28 juin 2022

 

Les prochaines lectures

L'attrapeur d'oiseaux – Pedro Cesarino – Rivages
     traduction Hélène Mélo
Maman pour le dîner – Shalom Auslander – Belfond
     traduction Catherine Gibert
La mort d'un père – Karl Ove Knausgaard – Gallimard
     traduction Marie-Pierre Fiquet

pour le club de lecture du 6 septembre 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
La consolante
Auteur:
Gavalda (Anna)
Edition:
Le Dilettante
Réunion du:
27.05.2008

Commentaire

consolante 

Charles est un architecte quadragénaire dont la vie se partage entre un travail très prenant, sa compagne et sa belle-fille. Tout commence à s'écrouler autour de lui lorsqu'il apprend la mort d'Anouk, la mère de son ami d'enfance, qui a été pour lui une véritable mère de substitution, un grand amour. On remonte alors avec lui son enfance jusqu'à ce qu'il aille s'enterrer – ou plutôt se déterrer – à la campagne après y avoir rencontré une Anglaise qui élève là toute une ribambelle d'enfants.

 

-          "Je n'ai aimé ni la familiarité que l'auteur installe avec le lecteur notamment par une langue très orale (au diable les articles), ni le caractère stéréotypé des situations et des personnages (ah la ferme du sud), ni les généralités ("Un buraliste parisien qui avait de l'humour … quelle merveille …"), ni le ton racoleur, ni … "

 

-          "Faut-il être de mauvaise humeur pour ne pas aimer ce livre !"

 

A une écrasante majorité les lecteurs ont en effet trouvé le livre plaisant, juste, drôle, contemporain. Le roman traite de sujets actuels, des problèmes des femmes et des hommes d'aujourd'hui et de la crise de milieu de vie qui s'empare d'eux. Ces thèmes sont peu abordés dans la littérature française, il faut plutôt les chercher dans la littérature anglo-saxonne, mais la crise psychologique interne n'y est pas tournée vers les autres comme dans La Consolante.

 

Les personnages de femmes sont plus intéressants, plus attachants que les personnages masculins (Anouk a été délaissée par Charles comme par son propre fils). Mais lorsqu'on s'attache à Laurence, la compagne quittée par Charles, l'auteur nous laisse sur notre faim. Laurence est chez le coiffeur mais "on n'en saura pas plus, pour elle l'histoire s'arrête là". L'abandonne-t-on à son sort parce qu'on ne sait plus quoi en faire ? Cette façon qu'a l'auteur de disposer de ses personnages et d'associer son lecteur à la fabrication de son histoire pimente le roman de façon amusante.

 

Les lecteurs émettent bien quelques réserves, mais c'est plutôt sur le ton de l'admiration : "même un peu trop long, c'est très bien fait, Anna Gavalda est très intelligente, elle a une bonne technique, elle surfe sur la demande, elle a trouvé ce qui intéresse les gens".

Fait-elle du Gavalda ? On peut dire ça de bien des écrivains. Peut-on la comparer à des auteurs comme Marc Lévy ? Non, le lexique n'est pas le même. Par contre certains font un parallèle cinématographique avec les films de Claude Sautet.

 

Ce dernier roman est différent des précédents où l'on trouvait beaucoup de gravité et de joie de vivre. Ici il faut aller jusqu'au bout pour retrouver l'optimisme.

 

D'une façon générale les livres d'Anna Gavalda ont un succès impressionnant, celui d'une littérature populaire de qualité qui rencontre de nombreux publics. En atteste la longueur des files d'attente partout où Anna Gavalda vient présenter et signer ses livres. Elle-même manifeste son amour de ses lecteurs et se montre généreuse avec son public.

 

Bannière
Copyright © 2022 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

 
plume

------------------------------
Mise à jour le 23/07/2022