Accueil Les livres commentés Détails - Une fille est une chose à demi

Les derniers livres commentés

L'attrapeur d'oiseaux – Pedro Cesarino – Rivages
     traduction Hélène Mélo
Maman pour le dîner – Shalom Auslander – Belfond
     traduction Catherine Gibert
La mort d'un père – Karl Ove Knausgaard – Gallimard
     traduction Marie-Pierre Fiquet


lors de la rencontre du 6 septembre 2022

... avis des lecteurs à suivre ...
 

Les prochaines lectures

Les marins ne savent pas nager – Dominique Scali
     La Peuplade
GPS – Lucie Rico – Pol
Le lecteur de Jules Verne – Almudena Grandes
     Lgf traduction Serge Mestre

pour le club de lecture du 22 novembre 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Une fille est une chose à demi
Auteur:
Mc Bride (Eimear)
Edition:
Buchet-Chastel
Réunion du:
08.03.2016

Commentaire

unefilleestunechoseademi

Eimear Mc Bride a achevé ce premier roman à l'âge de 27 ans et a mis près de 10 ans à le faire publier. Le livre a rencontré un succès immédiat dans les pays anglo-saxons et obtenu de nombreux prix littéraires.

 

Une jeune fille raconte sa jeunesse, depuis son enfance jusqu'à l'âge adulte à l'université, dans l'Irlande des années 80. Une Irlande pauvre, rurale, sclérosée par un catholicisme pesant. Elle vit avec sa mère restée célibataire, et avec son frère atteint d'une tumeur au cerveau, dont la vie va de rémissions en rechutes.

 

C'est un récit brutal et dérangeant, d'abord parce qu'il relate la souffrance intériorisée de cette adolescente devenant adulte, et sa tentative d'émancipation dans un monde sans concession. Mais il dérange aussi et surtout par sa langue très singulière. Âpre, hachée, avec des phrases non terminées, c'est une écriture de la conscience qui s'inscrit dans la grande tradition des Joyce, Woolf et pourquoi pas Beckett.

 

Des lecteurs sont totalement conquis par le talent de l'auteure : "pendant la lecture on est en suffocation, en apnée ; on est à la fois énervé et touché ; on sort du livre lessivé, essoufflé, usé ; l'intime de la souffrance rejaillit dans l'écriture, le style rend parfaitement les difficultés dont l'auteure veut rendre compte ; je suis sorti de ce texte avec un regard neuf ; ce ne sont que cohabitations et frottements de blocs de sens." Les autres, étonnés voire déstabilisés par l'écriture, ne sont pourtant que peu nombreux à être dans le rejet total : "c'est suffisamment étonnant pour avoir envie de continuer ; c'est quelque chose de neuf". Ils n'ont pas tous été jusqu'au bout, néanmoins les scènes et personnages ont capté leur intérêt – sont cités le voyage en bus scolaire ou la visite du grand-père. La relation à l'oncle est très bien restituée, de même que le personnage de la mère.

 

Qu'en est-il de la traduction, particulièrement sensible sur un texte de cette nature ? Il est évidemment difficile d'en juger. Le travail sur les sonorités et sur les ruptures ne peut pas être le même. Le texte anglais serait plus fluide, plus doux, plus hypnotique.

Bannière
Copyright © 2022 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

     Retour sur les

Lectures à voix haute

du 27 septembre 2022

      à la librairie

  Quai des Brumes

------------------------------

Mise à jour le 27/09/2022