Accueil Les livres commentés Détails - La femme qui avait perdu son âme

Les derniers livres commentés

De Sandra Lucbert
   Personne ne sort les fusils – Points
   Le ministère des contes publics – Verdier
Ultramarins – Mariette Navarro – Quidam
Mathilde ne dit rien – Tristan Saule – Le Quartanier

lors de la rencontre du 23 novembre 2021

... avis des lecteurs à suivre très bientôt ...

 

Les prochaines lectures

G.A.V. – Marin Fouqué – Actes sud
Notes sur l'affaire Dominici – Jean Giono – Gallimard
La tragédie de Lurs – Jean Meckert – Joëlle Losfeld
L'affaire Collini – Ferdinand von Schirach – Gallimard
     traduction Pierre Malherbet

pour le club de lecture du 4 janvier 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
La femme qui avait perdu son âme
Auteur:
Shacochis (Bob)
Edition:
Gallmeister
Réunion du:
05.07.2016

Commentaire

lafemmequiavaitperdu

Cette histoire d'espionnage de huit cents pages réunit quatre livres en un seul, quatre histoires se déroulant en des temps et des lieux différents : Haïti, Croatie, Turquie, Etats Unis. On ne voit pas tout de suite comment les choses s'imbriquent, jusqu'au déclic où tout prend sens, où se fait le lien entre les différents récits.

L'auteur, grand reporter, passionné par les contrées qu'il décrit et par l'Histoire, met au service du roman ses grandes connaissances géopolitiques.

 

Les inconditionnels ont littéralement dévoré le livre, tournant les pages l'une après l'autre sans pouvoir le lâcher. Même s'ils reconnaissent que c'est difficile, exigeant, ou peut-être justement à cause de cela, appréciant que l'auteur fasse appel à notre intelligence. Ils ont été intéressés par la thématique bien sûr, par l'histoire, et par la vraisemblance du récit. Pour qui connaît Haïti : "C'est ça ! ", notamment le contexte d'insécurité générale. Quant à la construction, elle est originale et réussie – "Du jamais vu". Elle donne aux personnages plusieurs identités, les recompose en permanence, fait notamment du père une véritable fabrication, même s'il n'abandonne jamais son caractère.

 

Les autres lecteurs ont calé à des endroits divers du livre – provisoirement ou définitivement ? – devant la difficulté de s'y retrouver : complexité et nombre de personnages, complexité des relations entre les protagonistes (Intelligence service, FBI, ambassades et autres intervenants plus ou moins officieux, …), complexité de la construction ("On aborde la deuxième partie avec le sentiment qu'il nous manque encore des éléments à la première : qui a tué qui ? quand ?"). Ou encore devant le style qui n'aide pas à la lecture. Un peu trop fabriqué, un peu trop de détours avant d'en venir au fait, des clichés et des stéréotypes, et des phrases qu'on relit sans les comprendre. Peut-être l'auteur a-t-il fait le choix d'une écriture chaotique pour rendre compte du chaos. Peut-être y a-t-il des problèmes de traduction. On a du mal à trouver la part de réalité, de fiction, de rêve, de fantasme, et la lecture demande beaucoup de concentration.

 

Pourtant certains déclarent : "Malgré les défauts je continue". On est en effet happé et intrigué malgré tout. Il est proposé d'en reparler à la rentrée … peut-être plus d'un aura-t-il profité de l'été pour mener la lecture à son terme.

 

Bob Shacochis a présenté son livre à la librairie le 18 mai 2016 avec beaucoup de verve et de chaleur. Comme c'est le cas pour d'autres auteurs américains, son livre se vend mieux en France qu'aux Etats Unis, où il a pourtant obtenu des prix.

Bannière
Copyright © 2021 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

dsc03190

------------------------------
Mise à jour le 24/11/2021