Accueil Les livres commentés Détails - Article 353 du code pénal

Les derniers livres commentés

Je, d'un accident ou d'amour – Loïc Demey – Cheyne
Le lambeau – Philippe Lançon – Gallimard
En route vers Okhotsk – Eléonore Frey – Quidam
     traduction Camille Luscher
Une terrasse en Algérie – Jean-Louis Comolli – Verdier

lors de la réunion du 4 septembre 2018
... avis des lecteurs à suivre ...
 

Les prochaines lectures

Hével – Patrick Pécherot – Gallimard
La robe blanche – Nathalie Léger – Pol
Nirliit – Juliana Léveillé-Trudel – La peuplade
 
pour la réunion du 9 octobre 2018


Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Article 353 du code pénal
Auteur:
Viel (Tanguy)
Edition:
Minuit
Réunion du:
16.05.2017

Commentaire

article353ducodepenal

Comment Martial Kermeur en est-il arrivé à jeter à la mer un promoteur immobilier ? Dans le bureau du juge où il doit s'en expliquer, il retrace les événements qui l'ont amené là.

 

A peu d'exceptions près – "c'est un roman typiquement Minuit, un peu convenu" – les lecteurs se sont régalés de ce récit, qui fait entrer dès les premières lignes dans la peau du narrateur. C'est en effet avec une grande justesse de ton, avec une écriture riche en images et en métaphores bien trouvées, avec une proximité des sentiments et des mots, que l'auteur installe l'ambiance et les personnages. Il parvient même à faire quelque chose du pervers promoteur Lazenec. Avec toutefois assez de distance et d'ironie pour ne pas tomber dans le pathos. Et on ne peut que s'installer dans le rythme donné à l'enchaînement des événements, au crescendo qui fait progresser l'action jusqu'à son issue. S'installer aussi, car l'écriture est très visuelle, dans le décor de cette petite ville qui s'appauvrit, malgré son château et sa vue sur la mer.

 

Les avis divergent sur la distance qu'a le narrateur par rapport à lui-même et à son histoire. Est-ce de l'ironie, voire du cynisme ? On dirait bien en tout cas qu'il s'en veut d'être ce qu'il est. La lucidité avec laquelle il parvient à reconstituer tous les mécanismes n'est-elle pas en contradiction avec la naïveté qui l'a fait tomber dans les promesses du promoteur ? Peut-être a-t-il pu se reprendre et retrouver sa lucidité avec la sortie de l'illusion, et aussi en racontant au juge toute l'histoire par le menu.

 

D'aucuns ont qualifié le roman de polar social, car il met en cause le fonctionnement de notre société. Tout un chacun peut être confronté aux mêmes choses, même si "dans la vraie vie" il n'y a pas les mêmes issues. En tout cas le roman décrit bien la soumission sociale, et la séduction qui amène à se faire avoir.

 

Le plus grand charme du livre tient-il à sa fin, influence-t-il l'opinion qu'on en a ? Une fin tellement inattendue et qui donne du bonheur …

Bannière
Copyright © 2018 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Prix des lecteurs :
Le fleuve sans rives
de Juan José Saer
------------------------------

Lire et aussi ...écrire

         plume

------------------------------
Mise à jour le 08/09/2018