Accueil Les livres commentés Détails - Alma

Les derniers livres commentés

Je, d'un accident ou d'amour – Loïc Demey – Cheyne
Le lambeau – Philippe Lançon – Gallimard
En route vers Okhotsk – Eléonore Frey – Quidam
     traduction Camille Luscher
Une terrasse en Algérie – Jean-Louis Comolli – Verdier

lors de la réunion du 4 septembre 2018
... avis des lecteurs à suivre ...
 

Les prochaines lectures

Hével – Patrick Pécherot – Gallimard
La robe blanche – Nathalie Léger – Pol
Nirliit – Juliana Léveillé-Trudel – La peuplade
 
pour la réunion du 9 octobre 2018


Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Alma
Auteur:
Le Clézio (J.M.G.)
Edition:
Gallimard
Réunion du:
23.01.2018

Commentaire

alma

"Alma" alterne les récits de Jérémie Felsen, un européen qui vient sur l'île Maurice à la recherche des traces de sa famille, et de Dodo, un clochard qui a toujours vécu là et qui va partir en France. A travers leurs errances, le livre évoque le passé de l'île et son histoire indissociable de l'esclavage, et la décrit dans son présent, fait de paysages de rêve, pour certains altérés par le tourisme.

 

Nombre de lecteurs font état d'une appréciation ambivalente du livre. Ils se déclarent désorientés par les bribes d'histoire un peu disparates, par l'évolution assez lente des personnages de Jérémie et de Dodo le vagabond, par la présence de personnages comme Krystal dont ils ne voient pas trop la place. Et parlent de maniérisme, par exemple dans l'usage de l'italique dans le texte pour Dodo et dans le sommaire pour Jérémie – est-ce pour souligner qu'on a là les deux faces d'un même personnage ? Certains ont même fait un rejet sans appel, ne pouvant s'attacher aux personnages, envahis par les noms propres de lieux et de personnes, et trop surpris de constater que "dans les 5 dernières pages l'auteur éprouve le besoin de raconter l'histoire qu'il vient de développer". Même avec leurs réserves les autres lecteurs ont pourtant apprécié l'écriture, très belle, les descriptions panthéistes de la nature, l'île bien évoquée par les noms des personnes et des lieux. Ils mentionnent des passages tendres et touchants, qu'ils ont profondément aimé, par exemple lors du séjour de Dodo à Paris. De très belles pages racontent l'histoire du dernier dodo, espèce détruite par les hommes, ainsi que le rapport qu'entretient Jérémie avec la pierre blanche, pierre de gésier rapportée de l'île par son père.

 

Il y a eu aussi des lectures plus enthousiastes : "Ce n'est pas grave tout cela, je l'ai lu en dansant, partant et revenant, me baladant dans le livre ; j'ai bien aimé la description de cette nature et de sa puissance, et la description de la ville, remarquable ; j'ai bien aimé l'histoire, les histoires, celle de la pierre blanche, celle du dernier dodo ; si le livre ne m'a pas prise j'ai été bien embarquée par la langue."

Ou encore : "Je l'ai lu d'une traite, dans un grand état de fatigue, je suis complètement rentrée dedans et j'ai pleuré tout le temps ; même si je n'ai pas adhéré à tout et que le kaléidoscope peut paraître éclaté, j'ai été complètement bouleversée par ce que l'écriture apporte et qui est déjà présent dans d'autres livres, en particulier dans "Le chercheur d'or" : cette quête incessante, ce besoin de faire exister le présent par le passé, tous ces mots pour essayer d'atteindre une chose impalpable, le ressenti d'un pays qui est le sien sans pouvoir l'être."


Bannière
Copyright © 2018 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Prix des lecteurs :
Le fleuve sans rives
de Juan José Saer
------------------------------

Lire et aussi ...écrire

         plume

------------------------------
Mise à jour le 08/09/2018