Accueil Les livres commentés Détails - Je, d'un accident ou d'amour

Les derniers livres commentés

Rue des pâquerettes – Mehdi Charef – Hors d'atteinte
La guerre est une ruse – Frédéric Paulin – Agullo
Dévotion – Patti Smith – Gallimard – traduction Nicolas Richard

lors de la réunion du 18 juin 2019


 

Les prochaines lectures

Ásta – Jón Kalman Stefánsson – Grasset
     traduction Eric Boury
La Chambre de Giovanni – James Baldwin – Rivages
     traduction Elisabeth Guinsbourg
De la famille – Valério Romão – Chandeigne
     traduction Elisabeth Monteiro Rodrigues

pour la réunion du 10 septembre 2019


Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Je, d'un accident ou d'amour
Auteur:
Demey (Eric)
Edition:
Cheyne
Réunion du:
04.09.2018

Commentaire

jedunaccidentoudamour

Ce pourrait être une banale histoire d'amour. Mais voilà, l'amoureux est tellement perturbé qu'il ne peut plus mettre de verbe dans ses phrases. Et le résultat est délicieux. On s'habitue très vite à cette drôle de façon de raconter, qui fonctionne très bien. Il faut dire que l'auteur, au-delà de l'originalité de ne pas utiliser de verbe, a de belles trouvailles de style. En guise de clin d'œil, il accumule tous les verbes manquants à la fin.

 

A l'exception d'une lectrice imperméable au style – "Verbe résistance. Langue refus mutilation." – ce petit livre a largement séduit : "C'est plein de poésie, de tendresse et d'humour. – L'absence de verbe rend merveilleusement bien la désorganisation mentale de l'amoureux. – C'est une belle découverte d'écriture. – Le livre est aussi un très bel objet. – J'ai beaucoup aimé, c'est très vivifiant, rafraichissant, ça fait sortir des codes habituels. – A lire et à relire. – J'ai adoré, quelle belle trouvaille !"

 

Pour le plaisir, un extrait :

"Je, Hadrien. Et Adèle en tête.

Elle m'obsession. Ses grands yeux verts dans mon regard me folie, ivresse d'Adèle. Hier soir encore, ici-même, assise en couturier après l'amour et bouteilles de vin blanc tiède.

Adèle, seulement Adèle."

 

Ou encore :

"Je me douche qui fuite, elle s'arrivée en avance.

Adèle se robe rouge et talons à l'affût sur le fauteuil. Je me serviette, elle se debout et m'autour du cou.

Je me chancelant, je me trac. Elle me chuchotements d'amour à l'oreille.

La rue se nuit, le ciel se lune. Je la nue."

Bannière
Copyright © 2019 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Lire et aussi ...écrire

         plume

------------------------------
Mise à jour le 29/07/2019