Accueil Les livres commentés Détails - La peau dure

Les derniers livres commentés

La liberté d'être libre – Hannah Arendt – Payot
    traduction Françoise Bouillot
La peau dure – Raymond Guérin – Finitude
Walla Walla – Elsa Boyer – Pol

lors de la réunion du 30 avril 2019

 

Les prochaines lectures

Rue des pâquerettes – Mehdi Charef – Hors d'atteinte
La guerre est une ruse – Frédéric Paulin – Agullo
Dévotion – Patti Smith – Gallimard – traduction Nicolas Richard

pour la réunion du 18 juin 2019


Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
La peau dure
Auteur:
Guérin (Raymond)
Edition:
Finitude
Réunion du:
30.04.2019

Commentaire

lapeaudure

Le livre a déjà eu une vie éditoriale en 1948 puis, réédité en 2017, a obtenu le prix "Mémorable" Initiales. C'est un roman à trois voix, celles de trois sœurs, Clara, Jacquotte et Louison, qui racontent l'une après l'autre leur difficile parcours, et commentent celui de leurs sœurs. Elles sont de condition très modeste, on est juste après la guerre, et les femmes n'ont pas beaucoup de place dans la société.

 

L'auteur rend de façon percutante et sensible – mais sans tomber dans le pathos pour autant – le destin de ces femmes exploitées, rejetées par leur famille qui les envoie au STO, ballotées par la vie professionnelle. Clara connaîtra la prison pour avoir été soupçonnée d'avortement. Trop innocente et sans aide suffisante, Jacquotte perdra ses droits parentaux et s'enfoncera dans la détresse. C'est peut-être Louison qui s'en sort le mieux parce qu'elle a une attitude plus combative. C'est un peu comme si le projet d'assassinat de son amant devenait une vengeance pour toutes les trois. Ces récits constituent un véritable plaidoyer social, dans lequel l'auteur dénonce le sort fait aux gens modestes et aux femmes par une société régie par les hommes. Avortement, divorce, droit parental, bureau de placement, tout y est.

 

On est touché par le destin de ces femmes sans rêves qui ne se plaignent pas, obligées d'accepter leur sort. Le portrait des hommes dominants qui déterminent leur vie est convaincant. L'auteur s'est mis à la place des trois sœurs, on croirait presque que c'est autobiographique, et l'on peut s'étonner de la justesse du ton donné à ces femmes par un homme. L'un ou l'autre note cependant que "c'est presque trop écrit, les femmes parlaient-elles vraiment comme ça ?". Et le débat de s'ouvrir sur le fait que c'est un homme qui écrit, que ce n'est donc pas le point de vue d'une femme, que la conquête du privilège pour une femme d'écrire comme un homme est beaucoup moins évident. Où l'on rejoint les débats sur l'appropriation culturelle … Un lecteur, pourtant ému par le texte, s'étonne également de l'absence de conscience politique chez les trois sœurs.

 

Raymond Guérin a écrit de nombreux livres très différents, on peut citer Zobain, qui parle de nobles provinciaux dans une belle écriture classique, ou L'Apprenti, écrit autobiographique.

Bannière
Copyright © 2019 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Lire et aussi ...écrire

         plume

------------------------------
Mise à jour le 12/06/2019