Accueil Les livres commentés Détails - La guerre de face

Les derniers livres commentés

Le champ – Robert Seethaler – Sabine Wespieser
   traduction Elisabeth Landes
Le dossier M / 1-Rouge – Grégoire Bouillier – J'ai lu
Un été avec Machiavel – Patrick Boucheron – Equateurs

Après l'annulation de la rencontre du 17 mars 2020,
des lecteurs font part de leurs avis.
 

Les prochaines lectures

Ténèbre – Paul Kawczak – La Peuplade
L’étrangleur de Pirita – Indrek Hargla – Gaia
Avant que j'oublie – Anne Pauly – Verdier

Rendez-vous à la rentrée !



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
La guerre de face
Auteur:
Gellhorn (Martha)
Edition:
Perrin
Réunion du:
03.12.2019

Commentaire

la-guerre-de-face

Martha Gellhorn est née en 1908 dans une famille américaine aisée et ouverte d'esprit. A vingt ans elle quitte l'Université pour devenir journaliste, à 21 ans elle part en France avec sa machine à écrire et quelques dollars. Elle a produit une œuvre imposante en tant que journaliste et écrivaine.

"La guerre de face" est un recueil de textes sur ses reportages de guerre, depuis la guerre d'Espagne jusqu'au Panama, en passant par la Finlande, la Chine, la Seconde Guerre Mondiale, le Vietnam, la Guerre des Six Jours et l'Amérique Centrale.

 

Ces témoignages suscitent intérêt et admiration. L'auteure va au plus près des conflits, au plus près des gens et de leur vie. Elle décrit avec beaucoup de sensibilité le quotidien en temps de guerre, on peut citer par exemple le vécu des enfants sous les bombardements, ou l'attitude des femmes lors de la guerre d'Espagne, faite de courage, d'entr'aide et de compassion, mais aussi de joie. Le regard est humble mais juste et pertinent, empathique mais sans pathos. L'écriture est visuelle, presque photographique – on pense à la baignoire suspendue à ses tuyaux dans le vide, au septième étage d'un immeuble éventré. C'est avec une plume remarquable et une sorte de fraîcheur – "c'est de l'air qui souffle" – que l'auteure témoigne de ce qu'elle découvre.

 

Ce qui ne l'empêche pas se positionner avec intelligence et objectivité devant les conflits, ni de les analyser de façon visionnaire. Elle a anticipé par exemple ce qui allait se passer lors de la guerre des Six Jours en 1967. Elle n'hésite pas non plus à prendre parti contre son propre pays, notamment au sujet des conflits en Amérique Centrale, dénonçant le nombre de morts et destructions. Elle-même semble n'avoir peur de rien pour aller au plus près du théâtre des conflits, même à quatre-vingt ans passés, au Panama par exemple.

 

"C'est une bonne idée d'avoir retenu ce livre de journalisme, c'est vraiment intéressant".

Vient de paraître la traduction de "Le monde sur le vif" que Martha Gellhorn a appelé ses "reportages en temps de paix".

Bannière
Copyright © 2020 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Lire et aussi ...écrire

         plume

------------------------------
Mise à jour le 01/07/2020