Accueil Les livres commentés Détails - Notes sur l'affaire Dominici

Les derniers livres commentés

Un privé à Babylone – Richard Brautigan – 10/18
     traduction Marc Chénetier
Fille, femme, autre – Bernardine Evaristo – Globe
     traduction Françoise Adelstain
Mille secrets mille dangers – Alain Farah – Le Quartanier

lors de la rencontre du 28 juin 2022

 

Les prochaines lectures

L'attrapeur d'oiseaux – Pedro Cesarino – Rivages
     traduction Hélène Mélo
Maman pour le dîner – Shalom Auslander – Belfond
     traduction Catherine Gibert
La mort d'un père – Karl Ove Knausgaard – Gallimard
     traduction Marie-Pierre Fiquet

pour le club de lecture du 6 septembre 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Notes sur l'affaire Dominici
Auteur:
Giono (Jean)
Edition:
Gallimard
Réunion du:
04.01.2022

Commentaire

notes-sur-l-affaire-dominici
        la-tragedie-de-lurs
Les deux livres sont consacrés à l'affaire Dominici, un triple meurtre jamais élucidé survenu en 1952, qui a fait l'objet de quantité d'enquêtes, contre-enquêtes, commentaires et hypothèses. Le retentissement médiatique a été considérable. Jean Giono écrit ses notes, suivies d'un "essai sur le caractère des personnages", quasiment à chaud, alors que Jean Meckert rédige son livre deux ans plus tard.

 

Les deux auteurs pointent avec justesse les ratés de l'enquête, ainsi que le dialogue de sourds entre les deux parties. Le peu de vocabulaire de l'accusé (30 à 40 mots selon Giono) et sa pratique du patois plus que du français le mettent évidemment en difficulté par rapport à la langue maîtrisée des enquêteurs et des juges. Les deux livres donnent des nombreux exemples de cette incompréhension de base. Le fameux dialogue "- Etes-vous allé au pont ? – Allée ? Il n'y a pas d'allée. Je le sais, j'y suis été" est devenu emblématique de l'affaire.

 

Giono est assez généralement jugé un peu dur avec ses semblables, assez terrible dans ses descriptions des populations, voire péremptoire dans la façon dont il se prévaut de connaître les lieux et les personnages. La deuxième partie de son livre, où il décrit les deux Provences et le cheminement de Dominici, est par contre jugée remarquable, et dans l'ensemble davantage appréciée que les notes sur le procès, dont "il a raté les moments les plus forts et les plus importants". "Il y est meilleur que comme critique judiciaire." Pour qui a vécu dans le sud, Giono est pourtant bien dans l'esprit de ce qui se pensait et se disait dans la population provençale à ce moment-là (on sait que l'affaire a connu un regain d'intérêt lorsque Dominici a été libéré). Racisme envers des personnes d'origine italienne, mépris de classes sociales, l'époque était rude dans ses jugements. "Il y a des choses qu'on n'oserait plus faire aujourd'hui."

 

Meckert est dans l'ensemble jugé plus intéressant, plus clair, plus en distance avec les faits qu'il relate, tout en faisant preuve d'empathie. Il ne juge pas, il essaie de comprendre. D'une façon générale il met davantage l'accent sur les médias, sur la pression exercée par la population et par la presse. Plus subtil, il s'interroge sur sa propre position : "Entre le souci d'être complet et celui d'être clair, j'ai dû à chaque instant faire un choix. Je pense avoir fait ce choix avec objectivité. Mais qu'est-ce que l'objectivité ?".

 

Roland Barthes a consacré une de ses "Mythologies" à l'affaire Dominici, il y dénonce le mythe de la transparence et de l'universalité du langage.


Les deux livres sont consacrés à l'affaire Dominici, un triple meurtre jamais élucidé survenu en 1952, qui a fait l'objet de quantité d'enquêtes, contre-enquêtes, commentaires et hypothèses. Le retentissement médiatique a été considérable. Jean Giono écrit ses notes, suivies d'un "essai sur le caractère des personnages", quasiment à chaud, alors que Jean Meckert rédige son livre deux ans plus tard.

 

Les deux auteurs pointent avec justesse les ratés de l'enquête, ainsi que le dialogue de sourds entre les deux parties. Le peu de vocabulaire de l'accusé (30 à 40 mots selon Giono) et sa pratique du patois plus que du français le mettent évidemment en difficulté par rapport à la langue maîtrisée des enquêteurs et des juges. Les deux livres donnent des nombreux exemples de cette incompréhension de base. Le fameux dialogue "- Etes-vous allé au pont ? – Allée ? Il n'y a pas d'allée. Je le sais, j'y suis été" est devenu emblématique de l'affaire.

 

Giono est assez généralement jugé un peu dur avec ses semblables, assez terrible dans ses descriptions des populations, voire péremptoire dans la façon dont il se prévaut de connaître les lieux et les personnages. La deuxième partie de son livre, où il décrit les deux Provences et le cheminement de Dominici, est par contre jugée remarquable, et dans l'ensemble davantage appréciée que les notes sur le procès, dont "il a raté les moments les plus forts et les plus importants". "Il y est meilleur que comme critique judiciaire." Pour qui a vécu dans le sud, Giono est pourtant bien dans l'esprit de ce qui se pensait et se disait dans la population provençale à ce moment-là (on sait que l'affaire a connu un regain d'intérêt lorsque Dominici a été libéré). Racisme envers des personnes d'origine italienne, mépris de classes sociales, l'époque était rude dans ses jugements. "Il y a des choses qu'on n'oserait plus faire aujourd'hui."

 

Meckert est dans l'ensemble jugé plus intéressant, plus clair, plus en distance avec les faits qu'il relate, tout en faisant preuve d'empathie. Il ne juge pas, il essaie de comprendre. D'une façon générale il met davantage l'accent sur les médias, sur la pression exercée par la population et par la presse. Plus subtil, il s'interroge sur sa propre position : "Entre le souci d'être complet et celui d'être clair, j'ai dû à chaque instant faire un choix. Je pense avoir fait ce choix avec objectivité. Mais qu'est-ce que l'objectivité ?".

 

Roland Barthes a consacré une de ses "Mythologies" à l'affaire Dominici, il y dénonce le mythe de la transparence et de l'universalité du langage.

Bannière
Copyright © 2022 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

 
plume

------------------------------
Mise à jour le 23/07/2022