Accueil Les livres commentés Détails - Je suis une fille sans histoire

Les derniers livres commentés

Un privé à Babylone – Richard Brautigan – 10/18
     traduction Marc Chénetier
Fille, femme, autre – Bernardine Evaristo – Globe
     traduction Françoise Adelstain
Mille secrets mille dangers – Alain Farah – Le Quartanier

lors de la rencontre du 28 juin 2022

 

Les prochaines lectures

L'attrapeur d'oiseaux – Pedro Cesarino – Rivages
     traduction Hélène Mélo
Maman pour le dîner – Shalom Auslander – Belfond
     traduction Catherine Gibert
La mort d'un père – Karl Ove Knausgaard – Gallimard
     traduction Marie-Pierre Fiquet

pour le club de lecture du 6 septembre 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Je suis une fille sans histoire
Auteur:
Zeniter (Alice)
Edition:
Arche
Réunion du:
01.03.2022

Commentaire

je-suis-une-fille-sans-histoire

 

Alice Zeniter est une romancière, dramaturge et metteure en scène de théâtre. Elle a été largement connue grâce à "L'Art de Perdre", roman pour lequel elle a obtenu le Prix Goncourt des lycéens 2017.

 

"Je suis une fille sans histoire" est le texte d'un spectacle seule-en-scène. Livre noir, titre rouge, quatrième de couverture explicite, le livre est d'emblée attrayant. Commençant par Aristote et sa Poétique, convoquant de nombreuses références (Umberto Eco, Ferdinand de Saussure et bien d'autres), il parle de la littérature, de la fiction, de la narration, s'étend à la place de la femme et va jusqu'à l'analyse du discours politique, le tout sur un ton rebelle et joueur.

 

La lecture de ce livre a été largement appréciée, en raison justement de cette forme énergique et ludique, mais aussi en raison du fond, très instructif : "C'est plein de sens." – "Cela ouvre beaucoup de portes." – "C'est à la fois amusant et savant, l'atelier d'écriture tenu par Aristote est très drôle." – "C'est drôle, je m'amuse". Le texte montre comment se crée la fiction, quelle place y prennent aujourd'hui les protagonistes (les femmes, les voix minoritaires émergentes qui prennent la parole, …), mais aussi comment se fabrique le discours politique avec les "machines affectantes". Réactivant de nombreuses références (Umberto Eco, Ferdinand de Saussure et bien d'autres), il rappelle l'importance de la fiction dans nos vies, ainsi que celle des affirmations de dicto, "du texte empilé sur du texte, du méta-discours". Toutes ces questions interrogent notre rapport aux discours et nos parcours de libraires et/ou de lecteurs.

 

Quelques petites réserves se font entendre :"Ce n'est pas si original que ça." – "C'est un peu inégal comme texte." – "N'a-telle pas versé dans la facilité, depuis le nouveau roman y a-t-il tant de livres ne satisfaisant pas au test de Bechdel ?". L'exercice serait à faire, on peut l'élargir au cinéma …

 

Mais globalement la lecture a été jugée très agréable et largement stimulante.

Bannière
Copyright © 2022 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

 
plume

------------------------------
Mise à jour le 23/07/2022