Accueil Les livres commentés Détails - Le héros de Berlin

Les derniers livres commentés

La nuit des béguines – Aline Kiner – Liana Levi
Trust – Hernan Diaz – L'Olivier – traduction Nicolas Richard
Croire aux fauves – Nastassja Martin – Verticales


lors de la rencontre du 7 mai 2024
 

Les prochaines lectures

Le nouveau – Keigo Higashino – Actes sud
     traduction Sophie Rèfle
Secret de Polichinelle – Yonatan Sagiv – L'antilope
     traduction Jean-Luc Allouche
Le chant des innocents – Piergiorgio Pulixi – Gallmeister
     traduction Anatole Pons

pour le club de lecture du 25 juin 2024



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Le héros de Berlin
Auteur:
Leo (Maxim)
Edition:
Actes Sud
Réunion du:
19.09.2023

Commentaire

le-heros-de-berlin

Maxim Leo est né en 1970 à Berlin Est. Il a fait des études de sciences politiques à Berlin et à Paris. Il est journaliste et écrivain. Il a dirigé le Berliner Zeitung, écrit avec un collègue et complice, Jochen Gutsch, quatre romans en allemand non traduits jusqu'ici. Il a poursuivi seul l'écriture de quatre ouvrages, reçu le prix franco-allemand de journalisme et le prix du livre européen dans la catégorie roman en décembre 2011 pour Histoire d'un Allemand de l'Est. Son quatrième roman personnel, Le Héros de Berlin est paru en 2022 et traduit en 2023.

 

"Le héros de Berlin" est une description de la fabrique du mensonge, à partir de la découverte dans les vieux dossiers de la Stasi d'un détournement involontaire de train de banlieue est-allemand vers l'Allemagne de l'Ouest. L'aiguilleur maladroit responsable de l'incident devient malgré lui un héros qui s'empêtre dans une escalade de mensonges.

 

Avec un peu de réserve sur le dénouement, les lecteurs ont bien apprécié la façon dont l'auteur construit et déconstruit le mensonge.

 

-       "C'est le ton décontracté et moqueur de l'auteur qui m'a attirée. L'angle de vue du propos et son héros narrateur m'ont rappelé Alex, le héros du film "Goodbye Lenin !", empêtré sans le vouloir dans les remous contradictoires de la Wende (le tournant en allemand, signifiant par dérision la réunification allemande).

Et je n'ai pas été déçue par ce roman alerte, au regard lucide, désenchanté certes, mais joyeux, sur les grandes farces humaines.

Qu'est-ce que la vérité historique ? Quel rôle ont les passions humaines dans les dérives de sa fabrication ? Comment les médias mettent-ils en avant les racontars et les distorsions ?

La veine humoristique, voire carrément ironique, aide à accepter le contrat du récit et ce qu'il advient des personnages pris dans cet événement : l'aiguilleur maladroit coincé dans les fioritures et les mensonges successifs, les médias qui s'emballent et font de lui un héros involontaire, la dulcinée face à qui se pose la crise de conscience, etc. On est en plein dans une comédie grinçante de la société de consommation de faits divers et de sensationnel.

Mais le constat que fait aujourd'hui encore Maxim Leo est identique à celui de l'époque. Même avec une réunification pacifique et établie, il continue de régner entre Wessis et Ossis une sorte d'incompréhension et des malentendus liés à des modes de vie et des mentalités différentes (cf p.70-71)."

-       "J'ai trouvé intéressante l'idée de décortiquer la fabrique du mensonge, et comment le construire et le déconstruire à partir d'un élément de vérité : un changement d'aiguillage prévu et réalisé accompagné de la casse d'un boulon qui maintient l'aiguillage en place.

Pour que cela fonctionne l'auteur nous brosse le portrait d'un héros peu courageux et sensible à la rémunération promise par le journaliste qui va le coacher de manière efficace.

Là où l'évolution de la situation me paraît peu crédible dans la déconstruction du mensonge, l'amour pour Paula qui le fait basculer du côté de la vérité, cette honnêteté ne correspond pas à la description du personnage, également, Röslein le chasseur d'anciens membres de la Stasi qui sympathise avec Teubner, ancien membre de la Stasi lui-même qui lui décrit la réalité des faits.

L'auteur fait une critique acérée des médias corrompus et qui corrompent, des institutions représentées par le Bundestag et des citoyens crédules devant les informations dont ils sont abreuvés."

-       "C'est le seul des trois livres de la sélection qui m'ait vraiment plu."

-       "J'ai été frappée par tous les détournements qui contribuent à la construction du mensonge. C'est intéressant aussi de faire du doute un ingrédient démocratique. L'humour, l'écriture qui suit l'emballement des événements, la distance par rapport aux personnages, tout cela est assez futé. J'ai beaucoup apprécié."

-       "J'ai été frappé par le côté joyeux, fluide, et le traitement des personnages y compris secondaires, même si j'ai été un peu déçu par la chute. On sent dans notre plaisir de lecture le plaisir d'écriture de l'auteur. En résumé c'est une bonne lecture."

-       "La pirouette de fin est un peu décevante, mais la relation entre les deux parties de l'Allemagne est assez juste. L'Ouest veut qu'à l'Est on ait été malheureux. C'est rendu avec un bel humour."

Bannière
Copyright © 2024 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Lire ...et aussi écrire
        plume
----------------------------- 

Mise à jour le 25/05/2024