Accueil Les livres commentés Détails - La nuit des béguines

Les derniers livres commentés

La nuit des béguines – Aline Kiner – Liana Levi
Trust – Hernan Diaz – L'Olivier – traduction Nicolas Richard
Croire aux fauves – Nastassja Martin – Verticales


lors de la rencontre du 7 mai 2024
 

Les prochaines lectures

Le nouveau – Keigo Higashino – Actes sud
     traduction Sophie Rèfle
Secret de Polichinelle – Yonatan Sagiv – L'antilope
     traduction Jean-Luc Allouche
Le chant des innocents – Piergiorgio Pulixi – Gallmeister
     traduction Anatole Pons

pour le club de lecture du 25 juin 2024



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
La nuit des béguines
Auteur:
Kiner (Aline)
Edition:
Liana Levi
Réunion du:
07.05.2024

Commentaire

la-nuit-des-beguines
 

Passionnée d'histoire, Aline Kiner (1959-2019) est l'auteure de trois romans, dont "La nuit des béguines", qui a connu un grand succès.

 

L'intrigue se situe en 1310 dans le quartier du Marais, à Paris. C'est l'époque des bûchers et des procès de Templiers. Au grand béguinage royal vivent des centaines de femmes indépendantes, refusant le mariage comme le cloître. Le roman s'ouvre sur l'accueil au béguinage de Maheut la Rousse …

 

Si tous s'accordent sur l'intérêt historique et documentaire du livre, les positions sont plus contrastées quant à l'intrigue et l'écriture. Voire carrément antagonistes.

 

­      "J'ai beaucoup aimé ce livre qui m'avait été recommandé par une amie. Peut-être plus dans sa partie historique que dans l'intrigue. On est plongé dans le Paris médiéval, et c'est extrêmement intéressant de découvrir les béguinages et la liberté qu'ont pu y avoir les femmes. Il existerait toujours des béguinages aujourd'hui, je vais creuser la question."

­      "J'ai beaucoup aimé ce livre aussi, il est bien documenté, intéressant et facile à lire. Les chapitres alternent les théories religieuses de l'époque et la vie des béguines. Le tiraillement entre la royauté et le clergé est bien décrit."

­      "Je suis très partagé sur la qualité du texte. L'aspect historique est bien documenté, mais l'aspect romanesque est trop manichéen. Le seul personnage un peu nuancé est le moine, les autres personnages sont stéréotypés, qu'il s'agisse des hommes – nobles, membres du clergé, roi, princes et autres – ou des femmes. Le tableau des femmes libérées est lui aussi manichéen. Le roman ne m'a pas apporté grand-chose, peut-être quelque chose sur le plan historique. C'est quand même un peu à l'eau de rose."

­      "Je ne suis pas tout à fait d'accord sur les stéréotypes, ce n'est pas caricatural, on y voit aussi des femmes qui ont aimé leur mari."

­      "Ce sont pour une part des veuves qui sont là pour vivre tranquillement, et l'indépendance de ces femmes est quelque chose d'assez exceptionnel. Pour ma part j'ai beaucoup aimé ce livre."

­      "Même si l'on peut penser que c'est une projection du féminisme actuel sur une autre époque, ce n'est pas l'intérêt premier du livre. L'aspect historique bien documenté nous fait voir Paris vivre au Moyen Age."

­      "Il faut noter que les béguinages étaient réservés à une élite. Aujourd'hui encore il est difficile de chercher à y entrer. D'autres formes se développent de nos jours, telles que les Maisons de Babayagas."

­      "Le contexte historique est intéressant, l'aspect documentaire probablement bien traité, mais l'histoire est trop romancée, les personnages stéréotypés et sans épaisseur, l'écriture convenue et pleine de clichés. Une phrase comme "Dans le halo blanc de la lune, les mèches brillent telle une cascade d'ambre." me fait fuir."

­      "Pareil pour moi. Ça m'est tombé des mains."

­      "J'aurais bien aimé le lire, mais dès le départ je n'y ai eu aucun plaisir. Le style est pour moi rédhibitoire."

­      "On perd l'intérêt historique si on ne le lit pas. Il faut des livres comme ça."

­      "C'est vrai qu'on peut avoir le sentiment que l'auteure veut placer toutes ses connaissances. Pourrait-on qualifier le livre de "roman de professeur" ?"

"C'est un livre très intéressant, une histoire enlevée avec des descriptions précises de la vie quotidienne au moyen âge. Ce roman est bien documenté au niveau historique, en postface, l'auteure rappelle les faits marquants qui vont bouleverser la vie des béguines, ce qui donne une solidité à l'histoire. Ysabel est le fil conducteur du récit, elle est un repère pour les autres personnages. Si certaines femmes ont des fragilités, elles restent sympathiques ce qui n'est pas le cas des hommes (brutal pour le mari de Maheut, inconséquent pour Humbert ou peu fidèle pour Giacomo). Ceux qui semblent consistants meurent (le mari d'Ysabel ou le maître d'Humbert et le roi qui les protègent). J'ai plongé avec délice dans cette histoire de femmes libres dans une société qui les oppressent, organisée par les hommes et la religion. Mais que d'inventions pour conserver une liberté qui va en s'amenuisant."
Bannière
Copyright © 2024 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Lire ...et aussi écrire
        plume
----------------------------- 

Mise à jour le 25/05/2024