Accueil Les livres commentés Détails - Dans les veines ce fleuve d'argent

Les derniers livres commentés

Hével – Patrick Pécherot – Gallimard
La robe blanche – Nathalie Léger – Pol
Nirliit – Juliana Léveillé-Trudel – La peuplade


lors de la réunion du 9 octobre 2018

 

Les prochaines lectures

La saga de Grimr – Jérémie Moreau – Delcourt
L'hiver du mécontentement – Thomas B. Reverdy – Flammarion
Là où les chiens aboient par la queue – Estelle-Sarah Bulle Liana Levi
 
pour la réunion du 27 novembre 2018


Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Dans les veines ce fleuve d'argent
Auteur:
Franceschini (Dario)
Edition:
L'Arpenteur
Réunion du:
23.09.2008

Commentaire

franceschini

 

Un matin au réveil Primo annonce à sa femme qu'il part à la recherche d'un ami d'enfance. La veille il s'est rappelé soudain la question que celui-ci lui avait posée quarante-deux ans auparavant. Le livre raconte le voyage de Primo le long du fleuve, le Pô.

 

Dario Franceschini est un député italien, il a reçu en 2007 plusieurs prix pour ce premier roman.

 

Ce récit a été pour tous un grand plaisir de lecture. Le voyage est un lent panoramique au bord du fleuve, au fil des rencontres et des souvenirs, dans une ambiance d'une grande poésie. "On envie ce voyage, ça fait rêver, on flotte, on se laisse porter, on n'a pas envie d'en sortir". La référence au fleuve est permanente : l'eau, les inondations, la pêche, le chemin de halage, … La narration est émaillée de nombreuses rencontres et micro histoires de quelques lignes : le vieux magicien, la femme qui pleure tous les matins, le village où les habitants ont oublié le matin leur identité de la veille, les colis d'amour et bien d'autres. Elles sont contées avec un grand amour des personnages. La lettre que Primo, dans l'incertitude de son entreprise, écrit à sa femme, est d'une immense poésie. Il lui dit qu'il a rêvé d'elle et de leur fille et conclut : "Puis, en vous voyant si tranquilles, comme deux amies du même âge, j'ai compris que je pouvais continuer".

 

L'écriture appelle de nombreuses comparaisons, littéraires d'abord avec les personnages flottants d'Alessandro Baricco, mais surtout cinématographiques avec l'ambiance des films italiens, de Fellini en particulier. D'aucuns imaginent un film qui serait une simple transposition, sans rien ajouter, sans mise en scène, tellement les images sont évidentes.

 

Des lecteurs émettent une légère réserve tout en reconnaissant ne pas pouvoir l'identifier précisément.

 

Bannière
Copyright © 2018 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Prix des lecteurs :
Le fleuve sans rives
de Juan José Saer
------------------------------

Lire et aussi ...écrire

         plume

------------------------------
Mise à jour le 14/11/2018