Accueil Les livres commentés Détails - Le relais d'Alsace

Les derniers livres commentés

Rue des pâquerettes – Mehdi Charef – Hors d'atteinte
La guerre est une ruse – Frédéric Paulin – Agullo
Dévotion – Patti Smith – Gallimard – traduction Nicolas Richard

lors de la réunion du 18 juin 2019


 

Les prochaines lectures

Ásta – Jón Kalman Stefánsson – Grasset
     traduction Eric Boury
La Chambre de Giovanni – James Baldwin – Rivages
     traduction Elisabeth Guinsbourg
De la famille – Valério Romão – Chandeigne
     traduction Elisabeth Monteiro Rodrigues

pour la réunion du 10 septembre 2019


Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Le relais d'Alsace
Auteur:
Simenon (Georges)
Edition:
Lgf
Réunion du:
19.03.2009

Commentaire

relaisalsace

Ce polar se lit d'une traite, selon un lecteur c'est un livre "bien calibré pour la nuit". C'est un bon Simenon, un de ses premiers romans dans lequel on trouve déjà ce qui fera les livres suivants. Ce n'est pas tellement l'intrigue qui a marqué les lecteurs mais bien plutôt le "style Simenon" et cet art d'installer d'emblée la situation, l'ambiance, les caractères. Les personnages, campés en quelques lignes, "ont du corps, c'est du réel", c'est particulièrement vrai du tenancier plutôt antipathique du Relais d'Alsace.

 

La façon de raconter l'entre deux guerres dans ce coin des Vosges, avec ses bourgades, ses hôtels, ses promeneurs et ses rares voitures, est telle qu'on a du mal à croire que Simenon n'a jamais mis les pieds en Alsace. C'est en tout cas ce qu'établissent les Evadés de Dartmoor dans leur revue le Carnet d'Ecrou n° 8, illustrée d'une photo du col de la Schlucht dans les années trente.

 

D'aucuns vont jusqu'à comparer Simenon à Balzac et déplorent qu'il soit insuffisamment reconnu, même s'il est déjà publié dans la Pléiade. Son art du raccourci se manifeste dans de nombreux ouvrages, dans Le Train la deuxième guerre mondiale est restituée en quelques 120 pages : exodes, bombardements, retours, trahisons, …, tout y est. Simenon aurait épuré son style sur les conseils de Colette : "moins d'adjectifs !". A peu d'exceptions près – par exemple Le petit Saint qui décrit le Paris d'avant guerre – les romans de Simenon sont noirs, personne n'y échappe à son destin.

 

On peut déplorer que l'œuvre de Simenon soit un peu boudée par les amateurs de polar et qu'elle n'intéresse pas un très large public. Le personnage de Maigret – un héros comme on n'en trouve plus guère, arrosant ses enquêtes de nombreux petits verres – est souvent mieux connu par la télévision que par les livres. Bruno Cremer en particulier campe avec talent un inspecteur Maigret très crédible.

 

 

Bannière
Copyright © 2019 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Lire et aussi ...écrire

         plume

------------------------------
Mise à jour le 29/07/2019