Accueil Les livres commentés Détails - Les veuves du jeudi

Les derniers livres commentés

Un privé à Babylone – Richard Brautigan – 10/18
     traduction Marc Chénetier
Fille, femme, autre – Bernardine Evaristo – Globe
     traduction Françoise Adelstain
Mille secrets mille dangers – Alain Farah – Le Quartanier

lors de la rencontre du 28 juin 2022

 

Les prochaines lectures

L'attrapeur d'oiseaux – Pedro Cesarino – Rivages
     traduction Hélène Mélo
Maman pour le dîner – Shalom Auslander – Belfond
     traduction Catherine Gibert
La mort d'un père – Karl Ove Knausgaard – Gallimard
     traduction Marie-Pierre Fiquet

pour le club de lecture du 6 septembre 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Les veuves du jeudi
Auteur:
Piñeiro (Claudia)
Edition:
Actes Sud
Réunion du:
22.09.2009

Commentaire

veuvesjeudi

Traduction Romain Magras

 

Le roman, paru au printemps chez Actes Sud, se situe en Argentine entre le début des années 80 et le milieu des années 90. En cette période où l'économie est florissante, des nouveaux riches s'installent dans une résidence close, protégée, à l'abri des autres populations, comme il s'en est développé ailleurs avec murs, gardiennage, surveillance vidéo, accès par cooptation. Tout y va pour le mieux jusqu'à la crise économique, qui touche peu à peu l'un ou l'autre des habitants. On ne la sent pas vraiment car chacun tente de cacher ses difficultés et de continuer à vivre comme avant.

 

Les veuves du jeudi sont les épouses de quelques hommes qui se réunissent tous les jeudis pour une soirée entre eux. Un jeudi Ronie rentre beaucoup plus tôt que d'habitude, il semble avoir peur et sa femme s'inquiète de le voir observer sans un mot la maison où la soirée se poursuit sans lui. On saura rapidement que dans la piscine, là-bas, vont être trouvés trois cadavres.

 

Le roman est très bien construit, ce n'est pas un roman policier, ce ne sont pas les morts qui importent le plus, et pourtant on est tenu en haleine par cet événement incroyable, on attend l'explication avec impatience (voire avec irritation pour certains).

 

Mais le plus important est la vie dans la résidence et la description sociologique faite à travers l'histoire de quelques familles. Dans ce huis clos, ce "cocon pour riches", tout tourne autour de l'argent et du paraître. Mais derrière la façade transparaît l'ennui et la misère affective des adultes et des enfants. Des familles tout à coup ne sont plus là, elles sont remplacées par d'autres, sans que quiconque s'y intéresse. La peur de l'extérieur apparaît dès que la femme de Ronie, agent immobilier par nécessité, cherche un local professionnel en-dehors du lotissement. L'épisode du tee-shirt en dit long sur la mentalité mesquine des habitants de la résidence. Plus loin c'est un antisémitisme latent qui se révèle lorsqu'il s'agit de coopter un nouveau venu. L'adoption des deux enfants indiens est particulièrement terrible. Le petit garçon plaît à sa mère adoptive mais le sort de sa grande sœur sera moins enviable. Elle sera délaissée à cause de sa peau moins blanche et de son impossibilité à correspondre aux normes de sa mère.

 

Lors de la résolution de l'énigme des morts de la piscine, c'est de deux adolescents rebelles que vient le salut. Ronie et sa famille trouvent le courage de partir, ils s'en réjouissent bien qu'ils en aient aussi très peur. Dans la dernière phrase, ils passent la barrière, c'est une libération, quelque chose de nouveau va commencer.

 

Pour quelques lecteurs les personnages sont un peu trop nombreux ou pas assez présents. Mais dans l'ensemble le livre a été très apprécié, pour son intensité dramatique, pour la description précise de la vie dans la résidence, pour la force de l'interrogation d'une société à travers la fiction. L'analyse est terrible mais ne tombe pas pour autant dans la caricature. Le roman, qui pourrait se passer n'importe où, alterne plusieurs voix, essentiellement des voix de femmes, et multiplie ainsi les regards.

 

Est cité Lune captive dans un œil mort de Pascal Garnier qui traite de la même thématique mais avec une pertinence moindre.

Bannière
Copyright © 2022 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

 
plume

------------------------------
Mise à jour le 23/07/2022