Accueil Les livres commentés Détails - Identité – Fragments, franchises

Les derniers livres commentés

Un privé à Babylone – Richard Brautigan – 10/18
     traduction Marc Chénetier
Fille, femme, autre – Bernardine Evaristo – Globe
     traduction Françoise Adelstain
Mille secrets mille dangers – Alain Farah – Le Quartanier

lors de la rencontre du 28 juin 2022

 

Les prochaines lectures

L'attrapeur d'oiseaux – Pedro Cesarino – Rivages
     traduction Hélène Mélo
Maman pour le dîner – Shalom Auslander – Belfond
     traduction Catherine Gibert
La mort d'un père – Karl Ove Knausgaard – Gallimard
     traduction Marie-Pierre Fiquet

pour le club de lecture du 6 septembre 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Identité – Fragments, franchises
Auteur:
Nancy (Jean-Luc)
Edition:
Galilée
Réunion du:
15.06.2010

Commentaire

identit 

Choqué par le débat sur l'identité nationale initié par le gouvernement, le philosophe Jean-Luc Nancy, alors contraint à l'immobilité, a rédigé ces fragments "arrachés par la stupéfaction. […] Juste pour ne pas tourner en rond".

Le sous-titre se réfère tout à la fois à la forme et au sujet (il s'agit de la France et de ses francs).

 

La lecture est assez ardue, c'est sans surprise, et pour nombre de lecteurs la juxtaposition des fragments a donné une impression de disparate. Au-delà de cette appréciation d'ensemble, les avis sont plus tranchés. Certains n'ont pas accroché et sont entrés dans le texte avec difficulté, quand ils y sont entrés. D'autres au contraire y ont trouvé leur bonheur. Ils ont aimé les idées fortes, une par chapitre, qui viennent éclairer, augmenter, clarifier le débat du moment et conforter des pensées qu'ils pouvaient avoir plus ou moins confusément. Ils ont aimé les diatribes politiques et les formules ("…nous savons bien mieux encore que Marx comment les surnantis de tous les pays s'entendent comme larrons en foire") ainsi que les approches de l'identité "on n'entre pas dans une identité […] sans en même temps la modifier, la modaliser, la transformer peut-être" ; "Un point et un labyrinthe, voilà le secret d'une identité".

 

Bref l'identité nationale ne peut pas être mise sur la table aussi simplement (que pourrait-on dire de l'identité belge dans le contexte actuel ?) sans évoquer l'identité des personnes ou l'identité de l'Europe, apparemment perdue après celle des cathédrales, des Universités ou du mouvement ouvrier. Alors pourquoi en revenir à des clichés tels que le gros rouge et la baguette ? Tout simplement à partir d'un propos attribué au chef de l'état : "Je veux du gros rouge qui tache".

 

Pour certains lecteurs, qui attendaient des notes, des arguments, des perspectives historiques, ou encore quelque chose de plus nouveau, cet essai est un peu trop de circonstance et ne sera pas le pamphlet qui va demeurer. Mais la durée ne semble pas avoir été la visée de l'auteur, et la critique s'atténue lorsqu'on connaît mieux le contexte dans lequel ces fragments ont été écrits. La lecture a été plus aisée à ceux qui ont pu assister à la présentation du livre par Jean-Luc Nancy à la librairie, rencontre au cours de laquelle il a mis son propos en perspective.

 

Bannière
Copyright © 2022 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

 
plume

------------------------------
Mise à jour le 23/07/2022