Accueil Les livres commentés Détails - Austerlitz

Les derniers livres commentés

Algèbre – Yan Pradeau – Allia
Le coq de Renato Caccioppoli – Jean-Noël Schifano – Gallimard
Deuils – Eduardo Halfon – Table ronde
     traduction David Fauquemberg
La fraîcheur de l'herbe – Alain Corbin – Fayard

lors de la réunion du 26 juin 2018
... avis des lecteurs à suivre ...
 

Les prochaines lectures

Je, d'un accident ou d'amour – Loïc Demey – Cheyne
Le lambeau – Philippe Lançon – Gallimard
En route vers Okhotsk – Eléonore Frey – Quidam
     traduction Camille Luscher
Une terrasse en Algérie – Jean-Louis Comolli – Verdier
 
pour la réunion du 4 septembre 2018


Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Austerlitz
Auteur:
Sebald (Winfried Georg)
Edition:
Actes Sud
Réunion du:
06.01.2015

Commentaire

austerlitz 

Comment présenter ce livre ? C'est pourtant le seul de W.G. Sebald à tirer un réel fil narratif avec l'histoire de Jacques Austerlitz, enfant juif envoyé en Angleterre pour échapper aux persécutions nazies. Adopté par un couple d'Anglais, il ne remonte les traces de son histoire que tard dans sa vie.

Mais les livres de W.G. Sebald, ce n'est pas que cela. C'est – entre autres – une ambiance mélancolique, des personnages en marge des choses, et surtout une écriture extraordinaire, aux nombreuses digressions, traversée par les obsessions de l'auteur : les émigrés, les victimes du nazisme, la destruction.

 

Une écriture qualifiée plusieurs fois d'hypnotique : "En fermant le livre, je me suis demandé ce qui s'était passé" – "J'ai lu en rêve, dans un double rêve" – "On n'a pas envie de sortir de la phrase" – "Je lève la tête après trente pages, comme hypnotisé, si la maison a brûlé entre temps je n'en sais rien". – "C'est un monde onirique".

 

Les nombreuses digressions ne sont pas au goût de tous. "Si on compare le texte à un tissu, il y a trop de fils, c'est un style décourageant, le récit est haché, le tissu est trop fin pour pouvoir suivre". Mais la plupart des lecteurs ont aimé se laisser emmener dans des endroits improbables, au fil de rencontres absurdes, sans savoir où ils allaient, y compris dans les savantes considérations sur l'architecture.

 

Ils sont partis avec Austerlitz et son sac à dos sur les traces de son passé, lisant ou ne lisant pas les digressions, les lisant parfois pour les oublier, selon que pour eux elles faisaient sens ou pas dans la quête du héros. Austerlitz a quelques souvenirs qui ré-émergent progressivement, il finit par savoir pourquoi dans certains lieux il se sent si mal. L'histoire de ces enfants déplacés est bien sûr très émouvante. La construction du livre est extraordinaire, car les pièces s'assemblent peu à peu au cours d'une double enquête, celle du narrateur et celle du personnage, qui est aussi un narrateur.

 

Austerlitz, où certains voient une sorte d'œuvre totale, est une découverte pour beaucoup.

Le travail remarquable du traducteur est à saluer, il n'est pas impossible que la version française soit meilleure que l'originale, c'est en tout cas l'avis d'un lecteur bilingue …

Bannière
Copyright © 2018 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Prix des lecteurs :
Le fleuve sans rives
de Juan José Saer
------------------------------

Lire et aussi ...écrire

         plume

------------------------------
Mise à jour le 28/06/2018