Accueil Les livres commentés Détails - Présente absence

Les derniers livres commentés

Algèbre – Yan Pradeau – Allia
Le coq de Renato Caccioppoli – Jean-Noël Schifano – Gallimard
Deuils – Eduardo Halfon – Table ronde
     traduction David Fauquemberg
La fraîcheur de l'herbe – Alain Corbin – Fayard

lors de la réunion du 26 juin 2018
... avis des lecteurs à suivre ...
 

Les prochaines lectures

Je, d'un accident ou d'amour – Loïc Demey – Cheyne
Le lambeau – Philippe Lançon – Gallimard
En route vers Okhotsk – Eléonore Frey – Quidam
     traduction Camille Luscher
Une terrasse en Algérie – Jean-Louis Comolli – Verdier
 
pour la réunion du 4 septembre 2018


Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Présente absence
Auteur:
Darwich (Mahmoud)
Edition:
Actes Sud
Réunion du:
16.05.2017

Commentaire

presente-absence

Est-il besoin de présenter Mahmoud Darwich ? On sait qu'il est reconnu comme l'un des plus grands poètes arabes contemporains et qu'il a été un ardent défenseur de la cause palestinienne. Né en 1941 et mort en 2008, il a été exilé de son pays et a pu revenir sous conditions en Palestine au bout d'une trentaine d'années. Il a écrit plus de vingt livres de poésie, une poésie qui s'ancre essentiellement dans la nostalgie du pays perdu. Il déplaçait des foules lorsqu'il lisait lui-même ses textes en public. Parmi les interprétations musicales, on peut citer le trio Joubran, et plus récemment Rodolphe Burger, dans "Le Cantique des cantiques et hommage à Mahmoud Darwich", concert donné en la cathédrale de Strasbourg en novembre 2016. Le plasticien Ernest Pignon-Ernest lui a également rendu hommage en 2009 en collant des portraits de l’artiste dans des lieux jugés emblématiques de Cisjordanie, et en Israël, sur les ruines de son village de naissance, Birwé.

Dans "Présente absence", Mahmoud Darwich revisite les principaux épisodes de sa vie en s'adressant à lui-même, son autre moi, que l'on peut voir comme le poète en lui. Ce n'est pas un récit sur le mode de la narration, mais une suite d'évocations, comme des repères sensibles de sa vie.

 

Ce très beau texte a profondément touché les lecteurs, on y sent en effet que Mahmoud Darwich voit s'approcher la mort. On est touché aussi, bien sûr, par l'écriture, par son rythme, sa densité, sa richesse, une écriture à la fois poétique et ancrée dans le réel, une écriture hantée par l'exil, une écriture traversée par des hommages à l'enfance, à la femme, par la nostalgie de la terre natale, et par tous les grands thèmes de son œuvre. On n'en finirait pas de citer des passages extraordinaires et lumineux, la découverte par l'enfant de la puissance des mots n'est pas le moindre, ou encore l'histoire d'une vie racontée à travers les cicatrices, l'enfance coupée par l'exil comme l'enfant lui-même s'est coupé avec un couteau.

 

C'est un livre qu'on lit par touches, il n'est pas toujours facile d'en parler de même qu'il n'est pas facile de parler de poésie. La lecture est parfois physique tant l'émotion est palpable. Condensé et nourri d'images, le texte est parfois compliqué, des passages peuvent nous être obscurs (ils ne le sont peut-être pas pour un lectorat arabe), mais tellement beau qu'on y plonge et qu'on y revient, subjugués.

 

Bannière
Copyright © 2018 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Prix des lecteurs :
Le fleuve sans rives
de Juan José Saer
------------------------------

Lire et aussi ...écrire

         plume

------------------------------
Mise à jour le 28/06/2018