Accueil Les livres commentés Détails - En route vers Okhotsk

Les derniers livres commentés

La liberté d'être libre – Hannah Arendt – Payot
    traduction Françoise Bouillot
La peau dure – Raymond Guérin – Finitude
Walla Walla – Elsa Boyer – Pol

lors de la réunion du 30 avril 2019

 

Les prochaines lectures

Rue des pâquerettes – Mehdi Charef – Hors d'atteinte
La guerre est une ruse – Frédéric Paulin – Agullo
Dévotion – Patti Smith – Gallimard – traduction Nicolas Richard

pour la réunion du 18 juin 2019


Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
En route vers Okhotsk
Auteur:
Frey (Eléonore)
Edition:
Quidam Editeur
Réunion du:
04.09.2018

Commentaire

enrouteversokhotsk

Née en 1939, Eléonore Frey est une voix importante de la littérature suisse. Elle a enseigné la nouvelle littérature allemande à l’université de Zurich et a traduit en allemand Michaux, Blanchot et Lewis Carroll. Elle a obtenu plusieurs prix littéraires pour son œuvre.

 

Les protagonistes de "En route vers Okhotsk" vivent dans le même quartier et fréquentent le même café. Ils sont tous attirés par le même livre, un récit de voyage vers le nord sibérien qui s'appelle … "En route vers Okhotsk". Ils vivent, se retrouvent, se croisent, se dispersent, avec en tête cette destination hypothétique, ce voyage dont ils rêvent et qu'ils ne feront pas. D'ailleurs l'auteur lui-même l'a-t-il fait ?

 

Ce n'est pas vraiment une histoire, mais plutôt des histoires, des parcours à suivre et à accepter, une poésie qui ne demande rien d'autre que d'être suivie. C'est un texte atypique et rafraîchissant, empreint de déshérence légère, d'absurde et d'humour. Doucement déjantés, les personnages sont un peu tous en perdition. Rassemblés par l'imaginaire d'une destination improbable, ils ont tous la même constitution mentale, et le voyage vers le nord se transforme en un voyage autour du quartier. Un lecteur cite l'ambiance de merveilleux urbain des films de Aki Kaurismäki, avec ses loosers qui essaient de bouger, sans pour autant déraper complètement.

 

Mais tout le monde ne partage pas ce plaisir de lecture. D'aucuns n'ont pas aimé du tout : "Les personnages ne sont pas reconnaissables, je n'ai réussi à accrocher ni avec les personnages ni avec les situations, les instants sont trop courts, il y a un côté superficiel". Ou alors, contents d'avoir terminé, en ont retenu quelque chose dans l'après coup, notamment la fuite vers l'ailleurs.

 

On peut penser à Peter Stamm, autre écrivain suisse allemand, dont les romans mettent également en scène des personnages en rupture et en dérive.

Bannière
Copyright © 2019 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Lire et aussi ...écrire

         plume

------------------------------
Mise à jour le 12/06/2019