Accueil Les livres commentés Détails - La Chambre de Giovanni

Les derniers livres commentés

Opus 77 – Alexis Ragougneau – Viviane Hamy
Adelphe – Isabelle Flaten – Le nouvel Attila
Taqawan – Éric Plamondon – Quidam

lors de la réunion du 29 octobre 2019

 

Les prochaines lectures

La guerre de face – Martha Gellhorn – Perrin
     traduction Pierre Guglielmina
Alger, journal intense – Mustapha Benfodil – Macula
Atmore, Alabama – Alexandre Civico – Actes sud


pour la réunion du 3 décembre 2019


Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
La Chambre de Giovanni
Auteur:
Baldwin (James)
Edition:
Rivages
Réunion du:
10.09.2019

Commentaire

lachambredegiovanni

James Baldwin, né en 1924 à Harlem, est un écrivain américain, auteur de romans, de poésies, de nouvelles, de pièces de théâtre et d’essais. Il a émigré très tôt en France, fuyant l’oppression contre les Noirs et les homosexuels. Il vit à Paris et à Saint-Paul-de-Vence où il entretient de nombreuses relations dans les milieux artistiques : Harry Belafonte, Sydney Poitier, Nina Simone, Ray Charles et bien d’autres. Il se lie également d’amitié avec Marguerite Yourcenar et Yves Montand. Il meurt en 1987 à Saint-Paul-de-Vence.

 

« La Chambre de Giovanni » est l’histoire tumultueuse d’un jeune américain blanc à Paris dans les années 50. Dave est pris entre son amour pour sa fiancée Hella, en voyage en Espagne, et une relation homosexuelle qui s’installe pendant ce temps avec Giovanni, lui aussi bisexuel, on saura plus tard qu’il a été marié.

 

L’écriture est forte, âpre, dérangeante, elle ausculte les sentiments, l’amour, la haine, l’attirance, le conflit, la culpabilité. La construction, très intéressante, pose le drame en quelques pages, sans qu’on sache encore comment les relations avec Giovanni et Hella vont se terminer. L’auteur installe de façon très visuelle – presque cinématographique – une atmosphère très prenante, oppressante, assez dure voire violente, ce qui n’empêche pas le roman d’être très facile à lire. On suit avec intérêt la recherche d’identité de Dave, chez qui Giovanni déclenche quelque chose qu’il n’est pas prêt à accepter. On ne comprend pas toujours Dave, mais se comprend-il lui-même ?

 

Même si le mot d’homosexualité n’est jamais énoncé, car il est question avant tout de sentiment, le livre décrit de façon détaillée le milieu homosexuel des années 50, son côté bohême et les statuts des uns et des autres. Les relations entre jeunes et vieux homosexuels sont parfois glaçantes, car le cynisme a gagné les plus âgés. On y voit aussi l’influence du contexte social, car Giovanni est un immigré italien, et la relative incompréhension entre américains et français sur le sujet de la sexualité.

 

Le livre a donné à certains l’envie de lire d’autres livres de James Baldwin, est cité « Un autre pays » qui traite également des discriminations envers les Noirs et les homosexuels. On y retrouve la même façon de tourner autour de l’obscurité en soi et d’aborder les problèmes existentiels.

Bannière
Copyright © 2019 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Lire et aussi ...écrire

         plume

------------------------------
Mise à jour le 14/11/2019