Accueil Les livres commentés Détails - Le champ

Les derniers livres commentés

Un privé à Babylone – Richard Brautigan – 10/18
     traduction Marc Chénetier
Fille, femme, autre – Bernardine Evaristo – Globe
     traduction Françoise Adelstain
Mille secrets mille dangers – Alain Farah – Le Quartanier

lors de la rencontre du 28 juin 2022

 

Les prochaines lectures

L'attrapeur d'oiseaux – Pedro Cesarino – Rivages
     traduction Hélène Mélo
Maman pour le dîner – Shalom Auslander – Belfond
     traduction Catherine Gibert
La mort d'un père – Karl Ove Knausgaard – Gallimard
     traduction Marie-Pierre Fiquet

pour le club de lecture du 6 septembre 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Le champ
Auteur:
Seethaler (Robert)
Edition:
Sabine Wespieser
Réunion du:
17.03.2020

Commentaire

le-champ

Traces de lectures : des lecteurs ont bien voulu nous faire part de leur avis, le débat de vive voix ayant été rendu impossible par la pandémie.


Comme d’habitude j'ai eu beaucoup de plaisir avec Seethaler. J'avais lu "Le Tabac Tresniek" et "Une vie entière". Il m'évoque la nostalgie du passé en Europe centrale germanique, l'accent plus modeste des écrivains de la Mittel Europa, surtout ses personnages sont humbles, ballotés par l’histoire. Pour "Le Champ" c'est radical, c'est l'évocation de toutes les voix qui se sont tues mais qui importent tant. (SGa)

 

J’ai beaucoup aimé ce livre tout en douceur et en finesse. Tous les personnages sont, à leur manière, touchants. Et le vieil homme qui leur rend visite tous les jours aussi. Ces petites vies de gens "de peu" décrivent l’ambiance du village. Sous forme de petites nouvelles c’est très agréable à lire, une belle langue. Une belle découverte. (MWe)

 

Touchante et sensible la façon dont les morts parlent et racontent des bribes de leur vie, la façon dont émerge aussi la vie d'un village. Assez mélancolique, dans le peu qui fait (ou reste d') une vie, vue depuis le cimetière. Manque toutefois un peu d'épaisseur, de densité. (CSc)

 

J'ai lu "Le Champ" dans le contexte terrible de l’explosion du Covid, et ne peux pas vraiment en parler, j’étais "ailleurs" ; j’en garde un souvenir plutôt diffus, une écriture douce et tendre, des portraits originaux par leur "cadrage" et une bienveillance de la part de l’auteur pour ces/ses personnages. (FWa)

 

C’est depuis « le champ » c’est-à-dire le cimetière que se racontent les habitants de Paulsatdt, petite ville qui avec sa Marktstrasse constitue le lien qui les a parfois unis ou réunis.

On se glisse facilement dans la vie des personnages grâce à l’approche empreinte d’humanité de l’écriture, la mise en lumière sensible de détails de la vie quotidienne et plus que tout l'habileté que déploie l’auteur pour décrire les liens entre les personnages, les animosités surgissantes, les indifférences ou les malentendus, la vanité de la vie mais aussi les bonheurs inattendus.

Si quelques-uns de ces personnages tels Martin Reynart (mort dans un fossé) ou Bernard Silbermann m’ont davantage touchée, j’ai assez vite oublié les perdants de Paulstadt, probablement par ce qu’ils sont perdants mais … les autres personnages se sont eux aussi très vite estompés. (AMFF)


Bannière
Copyright © 2022 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

 
plume

------------------------------
Mise à jour le 23/07/2022