Accueil Les livres commentés Détails - Une sortie honorable

Les derniers livres commentés

Un privé à Babylone – Richard Brautigan – 10/18
     traduction Marc Chénetier
Fille, femme, autre – Bernardine Evaristo – Globe
     traduction Françoise Adelstain
Mille secrets mille dangers – Alain Farah – Le Quartanier

lors de la rencontre du 28 juin 2022

 

Les prochaines lectures

L'attrapeur d'oiseaux – Pedro Cesarino – Rivages
     traduction Hélène Mélo
Maman pour le dîner – Shalom Auslander – Belfond
     traduction Catherine Gibert
La mort d'un père – Karl Ove Knausgaard – Gallimard
     traduction Marie-Pierre Fiquet

pour le club de lecture du 6 septembre 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Une sortie honorable
Auteur:
Vuillard (Eric)
Edition:
Actes Sud
Réunion du:
01.03.2022

Commentaire

une-sortie-honorable

 

Éric Vuillard est un écrivain, cinéaste et scénariste français. Il a remporté le prix Goncourt en 2017 pour "L'Ordre du jour".

 

"Une sortie honorable" est ce que désire la France pour en terminer avec la guerre d'Indochine. Le livre s'ouvre sur une inspection du travail dans une plantation de caoutchouc, et traverse différents moments de la vie politique française jusqu'à la fin de la guerre. Le ton est très caustique, voire féroce, pour dénoncer la collusion des banques et des industries, ainsi que le manque de clairvoyance de certaines décisions militaires. L'auteur, qui ne fait pas mystère de ses positions politiques, dresse des portraits sans concession de certains acteurs, politiques et militaires, ainsi que des grandes familles et de la noblesse d'état qui sont au pouvoir.

 

Ce récit suscite des controverses animées. L'une d'entre elles porte sur les faits historiques, que certains estiment manipulés : le contexte dans lequel la réplique "C'est un comble !" a été lancée à l'Assemblée, la composition des armées combattantes françaises, les insinuations de vichysme, … Référence est même faite au JO de l'époque pour rétablir le déroulé des débats de l'Assemblée Nationale. "Je suis consterné, Éric Vuillard parle d'un sujet qu'on ne connaît pas, le procédé est très facile. Il est engagé, mais le militant n'est pas à la hauteur de l'auteur. Il manipule les faits, tout ce qui va dans son sens est dans le livre. De ce fait il ne rend pas compte de la complexité de la situation." Les contradicteurs opposent que ce n'est pas un livre d'histoire mais un récit, et que l'auteur a le droit de se servir des faits qui l'intéressent et de proposer sa lecture des événements. "Il fait des choix, miniaturise des moments forts et donne ainsi un éclairage assez pertinent. Son livre "14 juillet" n'est pas l'histoire de la révolution française." – "Le style est féroce mais tout à fait adapté à l'histoire. Le JO c'est la version noble mais il y a une autre réalité."

 

Une autre polémique s'engage sur les portraits de différents hommes politiques et militaires. "Il s'en prend à des gens pour leur physique ou leur nom. Quand on regarde d'autres portraits, comme ceux de Saint-Simon par exemple, ça a une autre allure." Mais dans l'ensemble, même si on goûte modérément les descriptions physiques, elles sont plutôt acceptées. "Ce n'est pas gratuit." – "C'est intéressant cette démonstration de l'apparence physique, de la façon d'être là, de la façon dont les autres la reçoivent. Le physique entraîne une réaction avant même que la personne prenne la parole, ce n'est pas seulement négatif. La caricature est autorisée." – "Il existe des anecdotes sur Herriot, par exemple, au sujet de sa force physique, sa façon de manger et de boire, on retrouve ce qui est dépeint ici."

 

On peut déplorer encore que la façon d'écrire d'Éric Vuillard tourne au procédé. "Quand on a lu "L'Ordre du jour" on comprend tout de suite ce qui va arriver, on n'est pas surpris, c'est un peu gênant."

 

Nombre de lecteurs ont pourtant été conquis. La démonstration est implacable et efficace. Evidemment on n'a aucun doute sur ce que pense Éric Vuillard de la classe politique. Il en donne une image d'ensemble peu reluisante voire ridicule, de même que de certains militaires, même si ce n'est pas non plus une surprise d'apprendre les collusions entre gens de pouvoir et d'argent, et l'endogamie de certaines familles puissantes. Quant au style, il est qualifié de virtuose, "une virtuosité implacable qui peut même écraser parfois le contenu". – "Le style, le vocabulaire, les termes défilent, on est pris par le texte, le contenu passe après". Enfin on peut aimer aussi les choix de l'auteur pour entrer dans le sujet, choix qui approchent le réel de façon tangible et humaine. Et instructive, qu'il s'agisse du rapport de l'inspection du travail ou du vocabulaire jugé utile dans un guide touristique de l'époque.


Bannière
Copyright © 2022 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

 
plume

------------------------------
Mise à jour le 23/07/2022