Accueil Les livres commentés Détails - Dolce Agonia

Les derniers livres commentés

Un privé à Babylone – Richard Brautigan – 10/18
     traduction Marc Chénetier
Fille, femme, autre – Bernardine Evaristo – Globe
     traduction Françoise Adelstain
Mille secrets mille dangers – Alain Farah – Le Quartanier

lors de la rencontre du 28 juin 2022

 

Les prochaines lectures

L'attrapeur d'oiseaux – Pedro Cesarino – Rivages
     traduction Hélène Mélo
Maman pour le dîner – Shalom Auslander – Belfond
     traduction Catherine Gibert
La mort d'un père – Karl Ove Knausgaard – Gallimard
     traduction Marie-Pierre Fiquet

pour le club de lecture du 6 septembre 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Dolce Agonia
Auteur:
Huston (Nancy)
Edition:
Actes Sud
Réunion du:
26.02.2008

Commentaire

Dolce Agonia

L'histoire se déroule pendant un repas de Thanksgiving où se retrouvent douze personnages – écrivains, poètes, professeurs d'université – qui se connaissent plus ou moins, certains sont de vieux amis voire d'anciens amants, d'autres sont des relations de plus fraîche date. Le repas se prépare et se déroule pendant que chacun devise de sa vie avec soi-même et avec les autres.

C'est Dieu qui nous les présente et qui, après chaque chapitre, révèle comment il va emporter chacun d'entre eux.

 

L'idée est amusante, originale, elle donne aux morts annoncées des protagonistes un détachement et une légèreté qui contrebalance le côté parfois un peu lourd des personnages. Certains lecteurs ont toutefois jugé le procédé trop répétitif, l'idée trop exploitée, ce qui finit tout de même par donner un sentiment de tristesse et d'oppression. Douze personnages à faire mourir, c'est beaucoup.

Quand on a lu le livre depuis un certain temps, on peut se souvenir de certaines histoires comme des romans dans le roman, par exemple celles de Tchernobyl ou du jeune homme mangé par son chien. Au deuxième degré on peut voir dans le roman une réflexion sur l'écrivain qui a droit de vie et de mort sur ses personnages. Réflexion à mettre en regard des propos des auteurs qui disent être conduits, emportés par leurs personnages. A ce propos est cité le dernier livre de Pierre Bayard, L'affaire du chien des Baskerville, qui traite du statut des personnages de roman.

 

A plusieurs reprises les lecteurs évoquent avec chaleur L'empreinte de l'ange pour conclure que Dolce Agonia, malgré ses nombreuses qualités, n'est sans doute pas le meilleur livre de Nancy Huston.

 

Bannière
Copyright © 2022 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

 
plume

------------------------------
Mise à jour le 23/07/2022