Accueil Les livres commentés Détails - Mathilde ne dit rien

Les derniers livres commentés

Un privé à Babylone – Richard Brautigan – 10/18
     traduction Marc Chénetier
Fille, femme, autre – Bernardine Evaristo – Globe
     traduction Françoise Adelstain
Mille secrets mille dangers – Alain Farah – Le Quartanier

lors de la rencontre du 28 juin 2022

 

Les prochaines lectures

L'attrapeur d'oiseaux – Pedro Cesarino – Rivages
     traduction Hélène Mélo
Maman pour le dîner – Shalom Auslander – Belfond
     traduction Catherine Gibert
La mort d'un père – Karl Ove Knausgaard – Gallimard
     traduction Marie-Pierre Fiquet

pour le club de lecture du 6 septembre 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Mathilde ne dit rien
Auteur:
Saule (Tristan)
Edition:
Le Quartanier
Réunion du:
23.11.2021

Commentaire

mathilde-ne-dit-rien

 

Polar ou thriller ? En tout cas le roman conquiert les lecteurs, même ceux qui habituellement ne se passionnent pas pour ce genre.

 

Le livre s'ancre dans une réalité sociale très bien décrite. On se délecte de la justesse des descriptions, qui sont d'un grand réalisme. Sont citées les courses au supermarché ou encore le fonctionnement des services sociaux au conseil départemental. Beaucoup de situations sont évidemment terribles. Mais on n'a aucun mal à imaginer les scènes : "les personnages existent". On ressent la tristesse qui transpire de certains épisodes, comme celui du dîner à la pizzeria. Ou l'humanité des scènes et des protagonistes, par exemple celle de la policière qui semble renoncer aux investigations d'usage. Référence est faite au livre de Nicolas Mathieu "Aux animaux la guerre" qui installe les mêmes ambiances, ou encore aux deux ouvrages de Marin Fouqué, "77" et "G.A.V.", qui travaille également la réalité sociale. Le livre peut se relire avec le plus grand intérêt même en connaissant l'issue de l'histoire. Le récit bien mené alterne présent et passé, remontant la vie de l'héroïne jusqu'à son traumatisme, tout en dévidant l'histoire actuelle. On s'attache à Mathilde, personnage fort et captivant, qui est parfaitement bien située dans son contexte. Mathilde hantée par une étrange idée qui lui vient de son traumatisme passé : si le soleil s'éteignait, les humains ne le sauraient qu'au bout de huit minutes, le temps que met la lumière du soleil pour arriver jusqu'à nous.

 

Le premier chapitre décrit superbement la peur ressentie par Gaëlle, qui voit s'introduire chez elle une fausse technicienne – Mathilde. D'aucuns auraient aimé que le roman continue sur ce mode et montre Mathilde vue par les autres acteurs. A cette réserve près, les lecteurs ont plébiscité le roman et attendent avec impatience la suite. "Mathilde ne dit rien" est en effet le premier volet des "Chroniques de la place carrée".

 

Pour nombre d'entre eux, le livre est plus efficace sur le plan de la lutte sociale que bien des essais.

Bannière
Copyright © 2022 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

 
plume

------------------------------
Mise à jour le 23/07/2022