Accueil Les livres commentés Détails - Sébastien

Les derniers livres commentés

Drach – Szczepan Twardoch – Noir sur Blanc
     traduction Lydia Waleryszak
Sérotonine – Michel Houellebecq – Flammarion
Les chutes – Joyce Carol Oates – Points
     traduction Claude Seban
 
lors de la réunion du 12 mars 2019

... avis des lecteurs à suivre ...

 

Les prochaines lectures

La liberté d'être libre – Hannah Arendt – à paraître *
La peau dure – Raymond Guérin – Finitude
Walla Walla – Elsa Boyer – Pol

* remplacé, si la traduction française de
"Die Freiheit, frei zu sein" n'est pas parue le 8 avril, par
Rue des pâquerettes – Mehdi Charef – Hors d'atteinte
 
pour la réunion du 30 avril 2019


Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Sébastien
Auteur:
Spilmont (Jean-Pierre)
Edition:
La Fosse aux Ours
Réunion du:
13.04.2010

Commentaire

sbastienDans un aller-retour entre son passé et la réalité présente, Sébastien raconte, face à un homme qui l'interroge, à la fois ce qu'il ressent pendant l'entretien et ce qu'on lui demande d'éclaircir de son histoire.

 

"C'est une histoire d'amour qui a mal tourné", dit à la fin du livre l'homme qui interroge.

Sébastien est un gamin "un peu à côté". Mal accepté dans sa famille où il n'y en a que pour sa sœur, il est placé en internat au Centre Les Etangs. Les liens étant coupés avec ses parents, il se réfugie le week-end chez ses grands-parents et c'est avec son grand-père que s'instaure une véritable relation. La déception sera à la hauteur de l'amour qu'il lui porte. Sébastien est d'abord heureux d'être emmené par son grand-père à Paris rencontrer d'anciens amis. On sera "entre hommes". Mais il est vite déçu de n'être là que pour pousser le fauteuil roulant, et quand il découvre que son grand-père a participé à des actes de torture en Algérie, tout va basculer et ce sera le drame.

 

"Un des bons romans de notre sélection cette année".

 

Le style est minimaliste et efficace, comme l'écriture et comme l'histoire. On ne sait pas où se trouve cet enfant, on ne sait pas qui l'interroge (on ne le comprendra qu'à la fin). On découvre peu à peu sa vie, sa famille de commerçants pour qui perdre un client c'est perdre une guerre, sa vie en internat, ses rencontres et comment il cherche à chaque fois sa place. On découvre son amour pour son grand-père, la seule personne avec la grand-mère à s'intéresser vraiment à lui. S'étonne-t-on d'un enfant peut-être idéalisé tellement il est intolérant à toute forme d'injustice ? Non, il est entier, il prend la défense des plus faibles, et c'est bien ce qui lui rendra intolérable la transformation de son héros en bourreau. Le rapport de la psychologue, en italique au milieu du livre, ne donne pas beaucoup d'éclaircissement.

 

Les scènes de l'internat, l'histoire, l'écriture, peuvent faire penser à la guerre des boutons, et la référence à la guerre d'Algérie au roman Des hommes de Laurent Mauvignier. Certains lecteurs, persuadés d'être face à un jeune auteur encore près des problèmes de l'enfance, sont surpris d'apprendre que c'est un homme d'âge mûr. On peut trouver sur Internet l'entretien de Jean-Pierre Spilmont avec Olivier Barrot (émission "Un livre un jour").

 

Bannière
Copyright © 2019 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

Lire et aussi ...écrire

         plume

------------------------------
Mise à jour le 14/03/2019