Accueil Les livres commentés Détails - Le compagnon de voyage

Les derniers livres commentés

Un privé à Babylone – Richard Brautigan – 10/18
     traduction Marc Chénetier
Fille, femme, autre – Bernardine Evaristo – Globe
     traduction Françoise Adelstain
Mille secrets mille dangers – Alain Farah – Le Quartanier

lors de la rencontre du 28 juin 2022

 

Les prochaines lectures

L'attrapeur d'oiseaux – Pedro Cesarino – Rivages
     traduction Hélène Mélo
Maman pour le dîner – Shalom Auslander – Belfond
     traduction Catherine Gibert
La mort d'un père – Karl Ove Knausgaard – Gallimard
     traduction Marie-Pierre Fiquet

pour le club de lecture du 6 septembre 2022



Tous les livres commentés

Ouvrage 

Titre:
Le compagnon de voyage
Auteur:
Malaparte (Curzio)
Edition:
Quai Voltaire
Réunion du:
22.09.2009

Commentaire

compagnonvoyage

Traduction Carole Cavallera

 

Pendant la deuxième guerre mondiale un détachement italien tente de résister aux Alliés en Sicile. L'officier fait promettre à l'un de ses hommes de ramener son corps à sa mère s'il devait être tué. L'assaut est donné, peu en réchappent. Fidèle à sa promesse, Calusia fabrique un cercueil pour le corps de son officier, le met sur un âne et traverse ainsi l'Italie jusqu'à Naples.

 

"Fable pudique, baroque et pleine d'humanité", peut-on lire au revers de la page de couverture. Tout est résumé dans ces quelques mots. Dans son périple à travers une Italie où plus rien ne tient debout, Calusia reste déterminé à accomplir sereinement ce qu'il estime être son devoir. Son voyage est ainsi l'élément stable dans un contexte de déliquescence. Il est ponctué de nombreuses rencontres : une enfant échappée d'un orphelinat, des soldats alliés, des villageois, une femme qui a tout perdu, … où se tissent des relations empreintes de simplicité, de douceur, d'humanité. La scène finale est à la fois misérable et drôle, inattendue en tout cas.

 

L'écriture est limpide et sensible, elle est aussi très concise et pourtant d'une grande intensité. A entendre chacun évoquer un événement du récit on pourrait croire que c'est un livre de 250 pages, alors qu'il en fait 100.

 

Le récit a profondément touché les lecteurs, qui n'ont pas hésité à recommander et offrir largement autour d'eux ce texte superbe.

 

On pense à Histoire de Tönle de Mario Rigoni Stern, autre conte d'errance plein d'humanité.

 

Malaparte disait de son nom de plume "Napoléon s'appelait Bonaparte, et il a mal fini : je m'appelle Malaparte et je finirai bien". Il a été très marqué par la guerre et par la déliquescence qui a suivi en Italie.

Bannière
Copyright © 2022 120 Grand'Rue. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Les actus

 
plume

------------------------------
Mise à jour le 23/07/2022